Dernière modification le 14 avril 2024 par La Compagnie Littéraire

Faisant partie de l’un des genres littéraires de prédilection des jeunes lecteurs (46 % en étant très férus selon une étude du Centre national du livre), la littérature de l’imaginaire a plus que jamais le vent en poupe. 


En France, depuis 2017, le mois d’octobre lui est d’ailleurs entièrement consacré si bien libraires, éditeurs, centres culturels, la mettent à l’honneur à travers différents événements, prix, tables rondes, conférences, etc. 


Mais quelles sont réellement les différentes littératures de l’imaginaire que l’on regroupe parfois sous l’appellation de littérature SFFF ?


Eh bien c’est simple : la fantasy, le fantastique et la science-fiction


Voici plus en détail ce qu’il faut savoir sur ces genres littéraires.

La fantasy

La fantasy s’inspire souvent de mythes et légendes. L’action se déroule dans un monde inventé de toute pièce, peuplé de créatures comme les dragons, les elfes, les orcs, les licornes. Les héros s’y livrent à des quêtes épiques ou à des batailles contre les forces du mal. Le thème littéraire du bien contre le mal est d’ailleurs un sujet récurrent dans ce genre de littérature.

La magie et les sorciers tient aussi une place prédominante dans le roman fantasy de même que les mythes arthuriens ou issus des mythologies nordiques, grecques ou romaines, même si cela n’est pas systématique. 

Bien que la fantasy ait été popularisée au XXe siècle par J.R.R. Tolkien et son œuvre Le Seigneur des Anneaux qui, soit dit en passant, figure dans la liste des livres les plus lus au monde, les prémices du genre remontent au milieu du XIXe avec les ouvrages The Princess and the Goblin et Phantast que l’on doit à l’Écossais George MacDonald, considéré comme le premier auteur de fantasy adulte.

📚 Lire aussi :  Dossier : le livre de science-fiction

Il faut noter qu’en pratique la fantasy ne répond pas à des règles normées. Elle peut d’ailleurs être divisée en plusieurs sous-genres notamment : 

  • la high fantasy : fantasy épique à l’instar du Seigneur des Anneaux, incluant une notion de “quête” et de lutte du bien contre le mail
  • l’heroic fantasy : de la fantasy… mais avec de grandes batailles !
  • la low fantasy : de la fantasy avec des éléments réalistes (parfois classifiée comme fantastique)
  • la dark fantasy, qui incorpore des éléments d’horreur, des morts-vivants, des fantômes, des lycanthropes… ou de gros poulpes comme dans L’appel de Cthulhu de Lovecraft 
  • lurban fantasy : un sous-genre de la low fantasy avec une touche urbaine (populaire dans les jeux vidéo, mais aussi au cinéma. La saga Underworld en est la parfaite représentation).
  • le merveilleux – d’après les puristes, il s’agit d’un genre à part entière – s’inspirant des contes, et très stéréotypé.

Il ne faut toutefois pas confondre la fantasy avec la science-fiction dont elle se distingue par son accent sur la magie plutôt que sur la science et la technologie.

Image avec le mélange des genres de la littérature de l'imaginaire

Le roman fantastique

Le fantastique est un genre littéraire qui mêle l’irrationnel au réel notamment par l’introduction d’éléments surnaturels ou paranormaux. Contrairement à la fantasy, où le récit se déroule dans un monde entièrement fictif, le roman fantastique prend place dans un environnement similaire au nôtre – la plupart du temps sur la planète Terre. Toutefois sont introduits des événements extraordinaires défiant la logique et la raison et qui ne sont pas acceptés par les différents personnages d’un univers. Concrètement, si la magie ou la sorcellerie sont considérées comme “normales” dans un ouvrage de fantasy, cela ne sera pas le cas dans un ouvrage fantastique.

Le fantastique a aussi un côté plus sombre puisque fantômes, doubles mystérieux, clones ou autres apparitions surnaturelles sèment souvent la peur aussi bien chez les personnages que chez les lecteurs friands du genre. 

📚 Lire aussi :  Arthur Rimbaud : Un visionnaire du XIXe siècle

La thématique du bien contre le mal est moins centrale dans le roman fantastique que dans la fantasy, laissant place à des œuvres littéraires plus nuancées. Et la magie, lorsqu’elle existe dans un récit, est souvent subtile loin de toute surenchère propre à la fantasy même si un titre comme Harry Potter vient un peu contredire cette règle. En revanche, la folie et les rêves restent dans la littérature fantastique des sujets centraux.

Côté inspirations, les œuvres fantastiques modernes puisent dans ceux des précurseurs du genre à savoir Edgar Allan Poe, Henry James, Maupassant ou Hoffmann qui a insufflé à Freud l’idée de l’essai L’inquiétante étrangeté.

La science-fiction (SF)

Contrairement aux idées reçues, la science-fiction n’est pas l’apanage des scientifiques. Cette littérature de l’imaginaire est au contraire accessible au grand public et plébiscitée par bon nombre de lecteurs.

La science-fiction met en lumière des mondes où les avancées scientifiques sont légion que ce soit en matière de transport, de médecine… et fait la part belle aux technologies. Souvent, le roman de science-fiction prend place dans le futur ou dans une réalité alternative où la science et la technologie ont transformé la société de manière significative.

Pour synthétiser ce qu’est ce genre littéraire, il s’agit d’univers où, en plus d’être utilisée en toile de fond, la science apparaît comme un élément crucial de l’intrigue. Les influences majeures tirent leur source de chef d’œuvres comme “La Guerre des mondes” d’H.G. Wells ou encore la série “Fondation” d’Isaac Asimov. 

Toutefois la science-fiction est loin de refléter le stéréotype dont on l’affuble souvent. Si les voyages spatiaux, l’intelligence artificielle, la bioéthique et le clonage sont des thématiques récurrentes, ce genre littéraire sait aussi briller par sa subtilité.

📚 Lire aussi :  Dossier : les oracles divinatoires

À l’instar de la fantasy, la science-fiction se décline en plusieurs sous-genres notamment : 

  • Le space opera : des mondes avec des vaisseaux spatiaux, des extra-terrestres et des notions mathématiques, physiques et chimiques fictives.
  • Le cyberpunk : très populaire également dans les jeux vidéo, il se concentre sur l’intelligence artificielle, l’informatique, avec un leitmotiv de rébellion contre les pouvoirs en place.
  • Le steampunk : un sous-genre de niche, rétrofuturiste, inspiré de Jules Verne. Le roman steampunk met en avant les trains à vapeur, les zeppelins, mais aussi l’époque victorienne.

Et encore, il ne s’agit que d’un aperçu de la diversité de la science-fiction. C’est pourquoi nous avons rédigé sur le sujet un article complet : Dossier : le livre de science-fiction dont nous vous conseillons vivement la lecture. 

La littérature de l’imaginaire : des genres similaires et pourtant très distincts

Malgré leurs apparentes différences, la fantasy, le fantastique et la science-fiction sont souvent considérées comme un ensemble extraordinaire, s’opposant aux littératures réalistes (littérature blanche). La raison est assez simple.

D’une part, les inspirations des auteurs s’illustrant dans ces registres sont rarement hermétiques et d’autre part bon nombre d’ouvrages partagent des caractéristiques issues de différents genres.

Le roman space-fantasy par exemple illustre de manière très pertinente la faible frontière entre les différentes littératures de l’imaginaire.

Et que dire de la dystopie ou de l’anticipation qui, bien que considérées par certains comme genres littéraires à part entière, ont souvent bon nombre de traits communs avec les références les plus populaires de science-fiction ?

Recevez chaque mois :

✔️ Des interviews exclusives d’auteurs 🎙️,

✔️ Une sélection de livres à lire 📚,

✔️ … et bien plus encore !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérifié indépendamment
50 avis