Bernard Fetter

Après Sur le sable et le vent (2014), Comme une cape de soie écarlate (2012) et Mon coeur fracassé (2010), Bernard Fetter prépare actuellement son nouveau recueil La pierre du seuil.

Trente cinq poèmes pour la douleur et l’absence
Pour la présence et la douceur
Trente cinq poèmes comme on cueille une fleur
Pour l’offrir à celle qui partage mes confidences

Fetter la pierre du seuil

Interview Bernard Fetter – La Pierre du Seuil

La Compagnie Littéraire : Depuis combien de temps écrivez-vous ?

Bernard Fetter : J’écris régulièrement depuis les années 1980. Mais je me suis décidé à publier que en 2010, suite à la disparition de mon fils.

CL : Qu’est ce qui vous pousse à écrire ?

BF : L’envie de mettre des mots sur des sentiments, des moments, gais ou tristes. J’écris principalement de la poésie. Quant à mes écrits pour les enfants c’est pour retrouver l’innocence je pense, mais cela ne marche pas.

CL : Quelles sont vos sources d’inspiration ?

BF : Rien de bien nouveau, l’amour, l’absence, la douleur et les enfants.

CL : Vous arrive-t-il de manquer d’inspiration (si oui que faites-vous pour la retrouver ?)

BF : Oui et rien de particulier. J’écris encore et encore et parfois je trouve.

CL : Quels sont vos projets d’écriture (court, moyen, long terme) ?

BF : Un nouveau recueil de poésie pour septembre 2016 (La pierre du seuil), et ensuite j’espère un livre pour enfants dont j’attends les illustrations.

CL : Quelle place a l’écriture dans votre vie, qu’est-ce qu’elle vous apporte ?

BF : Contrairement à beaucoup de gens, je n’écris pas tous les jours. J’ai des périodes plus ou moins longues et plus ou moins fructueuses. Mais dans ces moments là, c’est assez intense, même à me relever la nuit.

Une forme de satisfaction peut-être quand je pense avoir réussi un vers.

CL : Quels sont vos mots préférés ?

BF : Tendresse et escalope. Mais aussi amitié et raton laveur

CL : Quelle est votre citation préférée ?

BF : Je n’en ai pas. En ce moment j’aime bien : « Je préfère le vin d’ici que l’au delà » Pierre Dac mais aussi « Chaque enfant que l’on enseigne est un homme que l’on gagne », Victor Hugo dans son magnifique poème « Écrit après la visite d’un bagne » toujours actuel hélas.

CL : Quel est votre livre préféré (édité par vos soins) ?

BF : Le prochain bien sur comme tout le monde !

CL : Quels sont vos auteurs préférés ?

Garcia Lorca et Aragon pour les poètes (mais aussi Alfonsina Storni et Abdellatif Laâbi) et Céline et Albert Cossery pour les romans.

Une pensée pour Charlotte Delbo ainsi que Carole Martinez pour son « Cœur cousu ». Mais il y en a tant d’autres. Benoite Groult qui vient de nous quitter.

 

Benoite_Groult_-_Comédie_du_Livre_2010_-_P1390492
Benoite Groult – Comédie du Livre 2010, décédée le 20 juin 2016

CL : Qu’est ce qui est le plus difficile dans le processus de création de l’ouvrage ?

BF : Pour moi, la sélection des poèmes et leur ordre dans le recueil. Cela me prend un temps fou avec parfois des corrections jusqu’au dernier moment.

CL : Quelle importance a le titre d’un ouvrage/ qu’est ce qui fait un bon ou un mauvais titre ?

Concernant les miens, je ne sais pas vraiment, je mets du temps à me décider sur le titre. C’est du même ordre que la question précédente. À un moment le titre s’impose. Il ne peut pas y en avoir un autre.

Pour les livres que j’achète, je n’en tiens pas trop compte, il y a trop de titre marketing qui existent. Je me décide sen fonction de l’auteur et/ou d’une impression en feuilletant. Parfois je me trompe.

CL : Qu’est ce que pour vous un bon livre ?

BF : Celui qui ne me tombe pas des mains. Celui dont je me souviens longtemps. Celui qui me bouscule.

CL : Que pensez-vous du lien éditeur/auteur

BF : Il doit être fait de confiance même dans le cas du compte d’auteur comme moi. On attend toujours un retour vrai sur ce que l’on écrit.

CL : Quels sont vos regrets dans votre carrière d’écrivain ?

BF : Je n’ai pas de carrière d’écrivain. Mais j’essaie d’écrire.

CL : En résumé que pouvez-vous dire de votre expérience d’auteur ?

BF : Rien que pour le moment magique où l’on tient dans ses mains son premier livre édité, cela vaut le coup.

CL : Quels conseils prodigueriez-vous aux jeunes auteurs ?

Écrire, écrire, écrire mais lisez Rilke, il le dit mieux que moi. « Lettres à un jeune poète »

CL : Un dernier mot pour vos lecteurs ?

Soyez curieux, lisez. C’est l’une des dernières aventures du monde.

 


Inscrivez-vous à notre newsletter !

Profitez des sorties littéraires, actualités diverses, extrait d'ouvrages et suivez nos nouveaux articles de blog !

Votre mail ne sera pas communiqué à des tiers.

Commentaires

Commentaires

One thought on “Bernard Fetter

  1. Pingback: L'extrait du vendredi - 9 septembre 2016 - La Pierre du Seuil | La Compagnie Littéraire

Laisser un commentaire