Dernière mod­i­fi­ca­tion le 5 novem­bre 2022 par La Com­pag­nie Littéraire

Édi­tions La Com­pag­nie Lit­téraire : Denis Rav­el, bon­jour. Vous avez pub­lié dans le cat­a­logue de livres de notre mai­son d’édi­tion La Com­pag­nie Lit­téraire un court roman de sci­ence-fic­tion qui a séduit cette année, non seule­ment ceux qui vous con­nais­sent déjà, mais aus­si de nom­breux nou­veaux lecteurs. Ce petit livre inti­t­ulé L’Odyssée du Cybérius se lit comme un con­te pour adultes. Com­ment vous en est venue l’idée ?

Denis Rav­el : Je m’étais tou­jours promis d’écrire un livre de sci­ence-fic­tion et, en obser­vant les gens du ciné­ma, j’ai com­pris que leur source d’inspiration était les élé­ments de l’Antiquité, tout ce qui était beau et étrange ; alors je me suis dit que l’Odyssée du Cybérius reprendrait un peu tout ce qui était mag­ique et noble par déf­i­ni­tion. Isis est une déesse égyp­ti­enne ; quand les rois mages vien­nent hon­or­er la nais­sance de Jésus ils sont guidés par une étoile ; ou bien encore dans le film Ben Hur, un marc­hand égyp­tien donne à cha­cun de ses chevaux le nom d’une étoile : Rigel, Altaïr, Aldébaran et Antarès.

Édi­tions La Com­pag­nie Lit­téraire : La sci­ence-fic­tion est un genre qui séduit. Elle fait à la fois rêver et s’in­ter­roger sur les grands prob­lèmes de l’hu­man­ité ; c’est donc, par voie de con­séquence, un genre plus sérieux qu’il n’y paraît. Quels sont les grands prob­lèmes que vous avez voulu met­tre en évi­dence dans cet ouvrage ? 

Denis Rav­el : J’ai souhaité que les héros de ce roman aient des noms qui puis­sent plonger le lecteur dans un univers qu’il pour­rait con­naître. Les sujets comme les guer­res humaines sont les sujets forts de ce roman. C’est pour cela que, vu le peu d’êtres humains encore en vie, on envoie dans l’espace 10 hommes et 10 femmes triés sur le volet, avec pour voca­tion de sauver l’espèce humaine. C’est la dis­pari­tion de l’espèce humaine qui est l’enjeu de ce voy­age sidéral — voire La planète des singes. Les épidémies sont égale­ment évo­quées (tiens, tiens…) Isis la dou­blure, Astra et Rigel en sont les prin­ci­paux personnages.

Édi­tions La Com­pag­nie Lit­téraire : Dès la pre­mière page, nous sommes « en voy­age ». Nous sommes en 2450 et le Cybérius a quit­té la Terre 150 ans plus tôt pour sauver ce qui pou­vait l’être. À son bord une équipe de dix hommes et dix femmes, triés sur le volet, placée en état d’hiber­na­tion. Ce sont des « dou­blures » qui sont en charge de veiller sur le bon déroule­ment du voy­age. Pou­vez-vous nous expli­quer votre con­cept romanesque ?

Lire aussi  Laurence Klein se livre sur son recueil de poèmes La ballade pour Nakita

Denis Rav­el : L’état d’hibernation est un mode de fonc­tion­nement qui per­met de faire voy­ager des per­son­nages de façon intem­porelle dans les romans, les films. Tant que l’on n’aura rien prou­vé, cela restera avec la porte des étoiles et les déplace­ments tem­porels la meilleure façon de voy­ager (Star Trek, Nico­las Tes­la).

Édi­tions La Com­pag­nie Lit­téraire : À bord de ce vais­seau il existe un cerveau cen­tral qui assure une veille per­ma­nente, et la dou­blure numéro 1, sur qui repose la mis­sion, est une dou­blure-femme prénom­mée Isis. C’est elle qui trans­met les don­nées à la Terre. En tant qu’au­teur-nar­ra­teur, vous la présen­tez comme une créa­ture envoû­tante, à l’in­tel­li­gence extra­or­di­naire et au physique un peu mag­né­tique. Denis Rav­el, en tant que créa­teur de votre per­son­nage, qui est Isis ?

Denis Rav­el : Isis c’est la femme dont rêvent tous les hommes, envoû­tante oui mais inac­ces­si­ble, désir­able oui mais vous ne la pos­séderez jamais. D’abord c’est une dou­blure, c’est-à-dire un robot (Ter­mi­na­tor, Blade Run­ner et les répli­quants, et bien d’autres films).

odyssee-du-cyberius

Édi­tions La Com­pag­nie Lit­téraire : L’am­biance nar­ra­tive est poé­tique, entre les galax­ies évo­quées, les formes et les couleurs, on se promène dans un monde un peu mag­ique. Pour­tant à l’in­térieur du Cybérius, tout est conçu comme un univers plutôt réal­iste répon­dant aux besoins des êtres humains, avec d’ailleurs une pointe d’hu­mour. Pou­vez-vous en quelques mots nous décrire l’or­gan­i­sa­tion tech­nique à bord de ce vaisseau ?

Denis Rav­el : Le choc avec un astéroïde provoque la mort d’hommes et de femmes en état d’hibernation et le réveil d’autres, mais à bord il y a le hurt­ing-ball, inspiré du ten­nis, et la pos­si­bil­ité de s’amuser avec les dou­blures qui sont de belles créa­tures. D’autres jeux spa­tio-tem­porels étaient aus­si proposés.

Édi­tions La Com­pag­nie Lit­téraire : Et puis, comme dans toute expédi­tion de survie, les épreuves s’an­non­cent et non des moin­dres : la liai­son avec la Terre est coupée car il s’y joue des drames, un champs d’astéroïdes est en vue et la cat­a­stro­phe s’a­bat sur le Cybérius. Isis doit faire pass­er la mis­sion ini­tiale avant ses rêves de dou­blure et il faut réveiller ce qui reste de l’équipage. C’est alors qu’en­trent en scène Rigel et Astra, les deux astro-généraux humains en respon­s­abil­ité pre­mière de la mis­sion. Com­ment avez-vous conçu ces deux per­son­nages qui sont à mi-chemin entre oppo­si­tion et attirance ?

Lire aussi  Anne Steinberg-Viéville se livre à propos de son second ouvrage : Le Syndrome identitaire

Denis Rav­el : Le thème qui fait que deux per­son­nages se repoussent est le début de toute rela­tion amoureuse dans les films comme dans les livres, et peut-être aus­si dans la réalité.

Édi­tions La Com­pag­nie Lit­téraire : Le Cybérius va devoir se pos­er dès qu’un endroit pos­si­ble aura été iden­ti­fié. Ce sera Nova­land. Astra a des réti­cences et n’est pas d’ac­cord, mais Rigel et Isis sont majori­taires face à elle. Et là vous faites inter­venir un lien pos­si­ble entre « un peu­ple » de Nova­land et les Ter­riens. La per­cep­tion en est télé­pathique, élé­ment qui va revenir de façon récur­rente dans la suite de l’aven­ture. Quel est votre avis sur la ques­tion, en dehors du thème romanesque ?

Denis Rav­el : Des ren­con­tres avec d’autres peu­ples sont prob­a­ble­ment pos­si­bles ; cela se voit dans les ves­tiges his­toriques, dans l’histoire de l’humanité et même dans la Bible.

Édi­tions La Com­pag­nie Lit­téraire Les péripéties qui peu­plent ce petit roman riche de rebondisse­ments nous emmè­nent ensuite sur le chemin de la prise de risques, du désir de jus­tice, de la ren­con­tre avec une instance supérieure qui s’ap­par­ente à Dieu, et de la con­fronta­tion avec le sens de nos exis­tences et l’im­por­tance de nos rêves. Quels com­men­taires cela vous inspire-t-il ?Denis Rav­el : La ren­con­tre avec Nova­land a mod­i­fié les per­cep­tions de cha­cun et ouvert les esprits de tous. Isis à trou­vé sa place, elle restera sur Nova­land et les ter­riens par­tiront vers d’autres quêtes.

Denis Rav­el : La ren­con­tre avec Nova­land a mod­i­fié les per­cep­tions de cha­cun et ouvert les esprits de tous. Isis a trou­vé sa place, elle restera sur Nova­land et les ter­riens par­tiront vers d’autres quêtes.

Édi­tions La Com­pag­nie Lit­téraire : Rigel et Astra vont ren­tr­er sur Terre et Isis restera sur Nova­land. Mais per­son­ne ne sera plus jamais comme avant… Alors… à quand la suite ? Les lecteurs l’at­ten­dent avec impatience.

Lire aussi  Alain Arnaud présente son recueil de nouvelles : Du Petit-Rhône à la Grand’ Bouche : Anecdotes, contes et poèmes autour d’un petit cabanon en Camargue

Denis Rav­el : Deman­dez à Astra et Rigel, ils déti­en­nent la réponse, pas moi malheureusement.

Rigel dit d’ailleurs à Astra dans la dernière phrase du livre : « La terre n’est plus notre patrie, nous appartenons désor­mais à l’espace. »

Com­man­der L’Odyssée du Cybérius

Le roman space opera l’Odyssée du Cybérius de Denis Rav­el disponible sur Fnac.com, Ama­zon, Decitre, les librairies du réseau Place des librairies et Dil­i­com et plus générale­ment en com­mande dans toutes les librairies de France et de Navarre.

Restons en contact !

Inscrivez-vous pour recevoir les actu­al­ités lit­téraires, des inter­views exclu­sives d’au­teurs et toutes les news autour des dernières sor­ties de livres !

Nous ne spam­mons pas ! Con­sul­tez notre poli­tique de con­fi­den­tial­ité pour plus d’informations.

Commentaires

Commentaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Vérifié indépendamment
41 avis