Denis Ravel : « En 2450 sera-t-il encore possible de sauver l’humanité » ? La réponse dans l’Odyssée du Cyberius, un roman space opera.

denis-ravel-auteur

Éditions La Compagnie Littéraire : Denis Ravel, bonjour. Vous avez publié à La Compagnie Littéraire un court roman de science-fiction qui a séduit cette année, non seulement ceux qui vous connaissent déjà, mais aussi de nombreux nouveaux lecteurs. Ce petit livre intitulé L’Odyssée du Cybérius se lit comme un conte pour adultes. Comment vous en est venue l’idée ?

Denis Ravel : Je m’étais toujours promis d’écrire un livre de science-fiction et, en observant les gens du cinéma, j’ai compris que leur source d’inspiration était les éléments de l’Antiquité, tout ce qui était beau et étrange ; alors je me suis dit que l’Odyssée du Cybérius reprendrait un peu  tout ce qui était magique et noble par définition. Isis est une déesse égyptienne ; quand les rois mages viennent honorer la naissance de Jésus ils sont guidés par une étoile ; ou bien encore dans le film Ben Hur, un marchand égyptien donne à chacun de ses chevaux le nom d’une étoile : Rigel, Altaïr, Aldébaran et Antarès.

Éditions La Compagnie Littéraire : La science-fiction est un genre qui séduit. Elle fait à la fois rêver et s’interroger sur les grands problèmes de l’humanité ; c’est donc, par voie de conséquence, un genre plus sérieux qu’il n’y paraît. Quels sont les grands problèmes que vous avez voulu mettre en évidence dans cet ouvrage ? 

Denis Ravel : J’ai souhaité que les héros de ce roman aient des noms qui puissent plonger le lecteur dans un univers qu’il pourrait connaître. Les sujets comme les guerres humaines sont les sujets forts de ce roman. C’est pour cela que, vu le peu d’êtres humains encore en vie, on envoie dans l’espace 10 hommes et 10 femmes triés sur le volet, avec pour vocation de  sauver l’espèce humaine. C’est la disparition de l’espèce humaine qui est l’enjeu de ce voyage sidéral – voire La planète des singes. Les épidémies sont également évoquées (tiens, tiens…) Isis la doublure, Astra et Rigel en sont les principaux personnages.

Éditions La Compagnie Littéraire :  Dès la première page, nous sommes « en voyage ». Nous sommes en 2450 et le Cybérius a quitté la Terre 150 ans plus tôt pour sauver ce qui pouvait l’être. À son bord une équipe de dix hommes et dix femmes, triés sur le volet, placée en état d’hibernation. Ce sont des « doublures »  qui sont en charge de veiller sur le bon déroulement du voyage. Pouvez-vous nous expliquer votre concept romanesque ?

Denis Ravel : L’état d’hibernation est un mode de fonctionnement qui permet de faire voyager des personnages de façon intemporelle dans les romans, les films. Tant que l’on n’aura rien prouvé, cela restera avec la porte des étoiles et les déplacements temporels la meilleure façon de voyager (Star Trek, Nicolas Tesla).

Éditions La Compagnie Littéraire : À bord de ce vaisseau il existe un cerveau central qui assure une veille permanente, et la doublure numéro 1, sur qui repose la mission, est une doublure-femme prénommée Isis. C’est elle qui transmet les données à la Terre. En tant qu’auteur-narrateur, vous la présentez comme une créature envoûtante, à l’intelligence extraordinaire et au physique un peu magnétique. Denis Ravel, en tant que créateur de votre personnage, qui est Isis ?

Denis Ravel : Isis c’est la femme dont rêvent tous les hommes, envoûtante oui mais inaccessible, désirable oui mais vous ne la posséderez jamais. D’abord c’est une doublure, c’est-à-dire un robot (Terminator, Blade Runner et les répliquants, et bien d’autres films).

odyssee-du-cyberius

Éditions La Compagnie Littéraire : L’ambiance narrative est poétique, entre les galaxies évoquées, les formes et les couleurs, on se promène dans un monde un peu magique. Pourtant à l’intérieur du Cybérius, tout est conçu comme un univers plutôt réaliste répondant aux besoins des êtres humains, avec d’ailleurs une pointe d’humour. Pouvez-vous en quelques mots nous décrire l’organisation technique à bord de ce vaisseau ?

Denis Ravel : Le choc avec un astéroïde provoque la mort d’hommes et de femmes en état d’hibernation et le réveil d’autres, mais à bord il y a le hurting-ball, inspiré du tennis, et la possibilité de s’amuser avec les doublures qui sont de belles créatures. D’autres jeux spatio-temporels étaient aussi proposés.

Éditions La Compagnie Littéraire : Et puis, comme dans toute expédition de survie, les épreuves s’annoncent et non des moindres : la liaison avec la Terre est coupée car il s’y joue des drames, un champs d’astéroïdes est en vue et la catastrophe s’abat sur le Cybérius. Isis doit faire passer la mission initiale avant ses rêves de doublure et il faut réveiller ce qui reste de l’équipage. C’est alors qu’entrent en scène Rigel et Astra, les deux astro-généraux humains en responsabilité première de la mission. Comment avez-vous conçu ces deux personnages qui sont à mi-chemin entre opposition et attirance ?

Denis Ravel : Le thème qui fait que deux personnages se repoussent est le début de toute relation amoureuse dans les films comme dans les livres, et peut-être aussi dans la réalité.

Éditions La Compagnie Littéraire : Le Cybérius va devoir se poser dès qu’un endroit possible aura été identifié. Ce sera Novaland. Astra a des réticences et n’est pas d’accord, mais Rigel et Isis sont majoritaires face à elle. Et là vous faites intervenir un lien possible entre « un peuple » de Novaland et les Terriens. La perception en est télépathique, élément qui va revenir de façon récurrente dans la suite de l’aventure. Quel est votre avis sur la question, en dehors du thème romanesque ?

Denis Ravel : Des rencontres avec d’autres peuples sont probablement possibles ; cela se voit dans les vestiges historiques, dans l’histoire de l’humanité et même dans la Bible.

Éditions La Compagnie Littéraire  Les péripéties qui peuplent ce petit roman riche de rebondissements nous emmènent ensuite sur le chemin de la prise de risques, du désir de justice, de la rencontre avec une instance supérieure qui s’apparente à Dieu, et de la confrontation avec le sens de nos existences et l’importance de nos rêves. Quels commentaires cela vous inspire-t-il ?Denis Ravel : La rencontre avec Novaland a modifié les perceptions de chacun et ouvert les esprits de tous. Isis à trouvé sa place, elle restera sur Novaland et les terriens partiront vers d’autres quêtes.

Denis Ravel : La rencontre avec Novaland a modifié les perceptions de chacun et ouvert les esprits de tous. Isis a trouvé sa place, elle restera sur Novaland et les terriens partiront vers d’autres quêtes.

Éditions La Compagnie Littéraire   : Rigel et Astra vont rentrer sur Terre et Isis restera sur Novaland. Mais personne ne sera plus jamais comme avant… Alors… à quand la suite ? Les lecteurs l’attendent avec impatience.

Denis Ravel :  Demandez à Astra et Rigel, ils détiennent la réponse, pas moi malheureusement.

Rigel dit d’ailleurs à Astra dans la dernière phrase du livre : « La terre n’est plus notre patrie, nous appartenons désormais à l’espace. »

Commander L'Odyssée du Cybérius

Le roman space opera l’Odyssée du Cybérius de Denis Ravel disponible sur Fnac.com, Amazon, Decitre, les librairies du réseau Place des librairies et Dilicom et plus généralement en commande dans toutes les librairies de France et de Navarre.

Restons en contact !

Abonnez-vous à notre lettre d'information et recevez des conseils de lecture.

Qu'avez-vous pensé de l'article ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Average rating 5 / 5. Vote count: 1

Pas encore d'avis. Soyez le premier à noter cet article

Commentaires

Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Restons en contact !

Abonnez-vous à notre lettre d'information et recevez des conseils de lecture.