Top 5 des romans dystopiques

romans dystopiques

Le roman dystopique n’a jamais été autant d’actualité qu’aujourd’hui. Exact opposé de l’utopie, la dystopie dresse le portrait de sociétés totalitaires où le bonheur est exclu. Sans forcément anticiper littéralement le futur, l’écrivain du roman dystopique expose une idéologie, une révolte face à l’image d’une soi-disant société idéale. Si vous avez déjà anticipé le futur avec des références comme la planète des singes, Blade Runner, Soleil vert, ou plus récemment la série cinématographique Black Mirror, vous avez déjà un avant-goût de certaines grandes questions soulevé dans le roman dystopique : quel danger avec l’utilisation détournée d’hypertechnologie, ou bien le fait de ne plus pouvoir réfléchir ni lire, quelle place pour l’homme et la machine dans un monde en continuelle croissance, et celui du risque de la déshumanisation de la société ? Ou plus encore, de la question de la mondialisation et des temps futurs ? Ouvrage de fiction ou monde réel, la différence n’est jamais plus trouble qu’avec le genre littéraire dystopique.

Figurant parmi les littératures de l’imaginaire pouvant relever des genres de la science-fiction, du fantastique et de la fantasy, le roman dystopique se décline à travers un ensemble d’univers passionnants tels que le cyberpunk ou le steampunk. Mais alors, prévention ou anticipation ? Nous pourrions craindre que la réalité ne se rapproche trop rapidement de ces situations. Pour mieux le savoir, voici pour vous, lecteurs, aujourd’hui dans l’ivresque récréation, notre TOP 5 du roman dystopique ! 

 Le Meilleur des Mondes. Aldous Huxley, 1932

romans du genre dystopique

Avec Le meilleur des mondes, Huxley écrit là une œuvre magistrale : un des premiers romans du genre dystopique, où génétique et clonage conditionnent et contrôlent les individus.

Quand tous les enfants sont conçus dans des éprouvettes pour appartenir à l’une des catégories de la population, de la plus intelligente (les Alpha) à la plus stupide (les Epsilons)…

Ainsi l’auteur, écrivain de science-fiction, pressentait déjà les conséquences de ce que nous pouvons trouver dans des livres de science depuis la nuit des temps, avec un transhumanisme non éclairé et l’exposition d’un eugénisme à son paroxysme.

Roman dystopique : Fahrenheit 451. Ray Bradbury, 1953

Livre du genre dystopique

 

Dans un pays indéfini, à une époque indéterminée, la lecture est rigoureusement interdite : elle empêcherait les gens d’être heureux !

Aussi la brigade des pompiers a-t-elle pour instruction de réduire tous les livres en cendres. Dans ce roman dystopique, Guy Montag, pompier zélé et citoyen respectueux des institutions, arrivera-t-il à s’opposer à la mission qui lui est confiée ? En faisant la connaissance de Clarisse, une jeune institutrice, il sera à son tour gagné par l’amour des livres. Débute alors un combat sans merci face au cauchemar du totalitarisme. 

Fahrenheit 451 assoiera la réputation mondiale de l’auteur, et sera porté à l’écran par François Truffaut.

Tous nos livresVoir tous

1984. George Orwell, 1949

Livre du genre dystopique

C’est sous ce pseudonyme que Georges Orwell signe ce best-seller mondial de du roman dystopique, devenant en pleine guerre froide l’enjeu d’une véritable bataille idéologique.

L’auteur devinait-il alors que Big Brother, figure de l’État totalitaire et du contrôle extrême des libertés et de la vie privée, connu sous le slogan de « Big Brother is watching you », rentrerait dans le langage courant de façon aussi remarquable, marquant le genre de la science-fiction ? Avec cette autre vision des régimes totalitaires et des monades urbaines, Orwell place le roman dystopique au rang d’icône.

Encore aujourd’hui, cette œuvre de science-fiction continue de faire parler d’elle, et est même considérée par beaucoup de lecteurs comme un véritable récit d’anticipation avec ses visions futuristes d’actualité. C’est un aspect très fort du roman dystopique, traitant à la fois de mondes éloignés et d’univers de fictions, mais toujours comparable à notre société actuelle.

Et puis quel réalisme dans cette projection futuriste que l’auteur nous propose, si l’on observe les craintes de notre société face au Nouveau Monde, devant l’utilisation des nouvelles technologies à des fins de surveillance ! Ce roman dystopique compte parmi les plus grands romans de science-fiction, est à ne pas manquer !

Hunger Games. Suzanne Collins, 2009

Livre du genre dystopique

Une fois n’est pas coutume, ce roman dystopique vise notamment un public adolescent ! Parue sous forme d’une trilogie, cette contre-utopie a connu un immense succès et fut adaptée par la suite au cinéma.

L’intrigue de ce roman dystopique rappelle les jeux d’Athènes : chaque année les jeux de la faim, « Hunger Games », sont organisés. La règle du jeu y est impitoyable : tuer ou se faire tuer, compter parmi les survivants, le tout en échappant à des pièges innombrables, à la privation de nourriture, le tout sous l’œil averti du spectateur. Nous suivons dans ce roman dystopique les aventures de Katniss, qui va devoir tenter de survivre dans cette œuvre de fiction impitoyable, dans une société reconstruite sur les ruines des États-Unis.

Roman dystopique : Acide sulfurique. Amélie Notomb, 2005

romans dystopiques

Réflexion à la fois cruelle et pertinente sur la télé-réalité, ce roman dystopique d’Amélie Notomb a généré une vive polémique lors de sa publication. L’émission télévisuelle nouvellement lancée se nomme « Concentration » : de quoi craindre le pire.

Les règles dans ce monde futuriste sont cruelles. Dans un camp de travail forcé, digne des pires systèmes totalitaires, sont filmés des prisonniers choisis au hasard parmi la population enlevée par rafles. Chaque jour, deux détenus sont choisis par leurs camarades, et exécutés à la télévision. Une vision de la société non sans pessimisme, avec un scandale à son paroxysme dans ce livre de fiction : plus les médias s’offusquent de l’horreur de l’émission, plus les gens se sentent incités à la regarder, et à voter en masse. Amélie Notomb, par la juxtaposition de deux réalités, historique et actuelle, dénonce une société de spectacle ravagé par le barbarie.


Voilà qui vient conclure notre sélection pour ce top 5 du roman dystopique ! L’anticipation du futur n’a jamais autant stimulé la part d’imaginaire que nous avons en nous. Parmi les univers de science-fiction, le roman dystopique possède en effet ce don de nous faire croire que même les aventures imaginaires que nous y rencontrons, peuvent être notre futur jusqu’à la fin du monde apocalyptique.  Si vous ne croyez pas à une société utopique, partagez-nous dans la section commentaire votre projection sur le futur ou plus simplement, votre roman dystopique favoris !

Amoureux de la littérature d’anticipation, découvrez dès maintenant notre auteur de science-fiction Claude Morivilly, auteur de l’ouvrage Le jardin des Hespérides. Ce roman d’anticipation politique nous plonge dans le paradoxe d’un univers fini dystopique, tellement parfait que la population ne trouve plus de sens à son existence. Ayant dû accepter une modification de sa physiologie pour répondre au problème de la surpopulation, les jardins des Hespérides permettent encore de retrouver la sérénité. Mais pour combien de temps ? 

Vous aimez aussi l’uchronie ? Nous vous donnons rendez-vous très prochainement pour découvrir notre Top 5 des romans uchroniques, ou la réécriture de l’Histoire à partir de la modification d’un événement du passé : étonnante science-fiction !

Qu'avez-vous pensé de l'article ?

Cliquez sur les étoiles pour le noter !

Average rating 4.8 / 5. Vote count: 6

Pas encore d'avis. Soyez le premier à noter cet article

Commentaires

Commentaires

2 Commentaires sur “Top 5 des romans dystopiques

  1. Pingback: Claude Morivilly nous dévoile son ouvrage dystopique : Le Jardin des Hespérides | La Compagnie Littéraire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :