Dernière mod­i­fi­ca­tion le 13 sep­tem­bre 2022 par La Com­pag­nie Littéraire

La biographie de Marguerite de Navarre (ou Marguerite de Valois)

Marguerite de Navarre
Mar­guerite de Navarre

Mar­guerite d’Angoulême, égale­ment appelée Mar­guerite de Navarre (ou de Val­ois ou encore d’Alençon), naît le 11 avril 1492 à Angoulême. Surtout con­nue pour être la sœur de François 1er et la grand-mère du futur Hen­ri IV, elle est d’abord une femme de let­tres et une philosophe.


Orphe­line de père très jeune, l’éducation qu’elle reçoit s’articule autour de trois grands axes. Il y a d’abord tout ce qui touche au corps. Mar­guerite de Navarre par exem­ple sait nag­er et monte à cheval, ce qui n’est pas chose si fréquente à cette époque… Et ce thème du corps sera d’ailleurs récur­rent dans son œuvre et nour­ri­ra sa sen­si­bil­ité poé­tique. Mais Mar­guerite reçoit aus­si l’éducation qui con­vient à une jeune fille de son temps et de son rang. Elle sait broder et prend même goût à cette activ­ité, elle est très réputée à la Cour pour ses travaux de broderie. Enfin, troisième aspect de son édu­ca­tion, elle reçoit une for­ma­tion intel­lectuelle de grande qual­ité, mar­quée par un human­isme ital­ian­isant struc­turé autour du latin, du grec et de la philoso­phie. De cette for­ma­tion human­iste, elle gardera notam­ment un goût pronon­cé pour les études grecques.

Une femme de lettres très instruite

C’est l’une des femmes les plus instru­ites de son temps, elle par­le plusieurs langues. À treize ans, elle par­lait l’i­tal­ien et l’es­pag­nol comme le français, elle con­nais­sait un peu de grec, de latin et d’hébreu. Plus tard, elle fit de sérieuses études philosophiques et théologiques.

Lire aussi  Les différentes étapes de la vie d'une femme au Moyen Âge


Grande, élancée, le nez un peu long, elle avait un teint éblouis­sant et char­mait par ses yeux pétil­lants et son sourire enjôleur. On la maria très jeune (le 12 décem­bre 1509) à Charles, duc d’Alençon, qu’elle n’aimait pas et qui mou­rut en 1525. Deux ans plus tard, elle épousa Hen­ri d’Al­bret, roi de Navarre, son cadet de douze ans, dont elle sem­blait éprise mais qui ne la ren­dit guère plus heureuse. À la Cour de France comme à Nérac, Mar­guerite de Navarre fascine tous ceux qui l’ap­prochent. Elle joue à la cour de France un rôle poli­tique et moral impor­tant : elle pro­tège des écrivains en butte aux pour­suites à la Sorbonne.

Marguerite de Navarre
Mar­guerite de Navarre

Marguerite de Navarre, une penseuse qui a marqué son époque

Elle fait de la cour de Nérac un foy­er de l’humanisme, une cour très engagée poli­tique­ment comme religieuse­ment, un refuge pour les esprits libres et les per­sé­cutés. Elle s’en­toure d’éru­dits, de poètes et d’artistes, se liant avec Marot (qui écrira à son pro­pos : « Corps féminin, cœur d’homme et tête d’ange »), Rabelais, Dolet, Briçon­net, Calvin, plus tard avec Mau­rice Scève et Louise Labé (dont nous par­lerons dans notre prochain arti­cle). Sa petite cour devient un foy­er d’hu­man­isme. Cette fer­vente chré­ti­enne s’in­téresse égale­ment aux idées de la Réforme, elle souhaite avec les Évangélistes (dont Rabelais qu’elle pro­tège) une réforme de l’Église et fait tous ses efforts pour réc­on­cili­er catholiques et protes­tants. Amoureuse incon­di­tion­nelle de la lib­erté, son atti­tude vis à vis des croy­ances religieuses est mar­quée avant tout par la tolérance. Pour celle qui a écrit « Où est l’esprit divin, là est la lib­erté par­faite », l’accès aux vérités divines ne pou­vait pass­er que par un acte de lib­erté. Au reste, après avoir soutenu Calvin, elle con­damn­era son intran­sigeance avec la même vigueur qu’elle avait repoussé le fanatisme catholique. Cet esprit de tolérance transparaît égale­ment dans le domaine moral. La con­sid­éra­tion d’une nature humaine pétrie de faib­less­es – faib­less­es du corps, de la chair, et de l’esprit – devrait nous inclin­er à tolér­er les man­que­ments d’autrui. La pre­mière des ver­tus pour­rait bien être la char­ité, cette dis­po­si­tion du cœur qui nous com­mande d’aimer notre prochain en dépit de sa faiblesse.

Lire aussi  Madame de La Fayette

Son œuvre littéraire

L’œu­vre la plus con­nue de Mar­guerite de Navarre est un recueil de nou­velles “Hep­taméron”, pub­lié en 1558 – 1559. Se pro­posant d’imiter le “Décaméron” (1350) de l’I­tal­ien Boc­cace, elle n’eut le temps de com­pos­er que 72 nou­velles, d’où le titre d’Hep­taméron. Ses réc­its font altern­er la galanterie et la vio­lence avec le trag­ique et l’amour pur. Des com­men­taires accom­pa­g­nent chaque réc­it et met­tent en évi­dence une morale où les juge­ments du cœur et de la con­science sem­blent plus impor­tants que ceux de la famille ou de la société. Mais elle écrira égale­ment de nom­breux recueils de poèmes, essais ou encore farces : Le Dia­logue en forme de vision noc­turne, Le Miroir de l’âme pécher­esse, Les Mar­guerites de la Mar­guerite des princess­es, Les Chan­sons spir­ituelles, La Comédie du désert, La Fable du Faux Cuy­der, Le Malade, L’In­quisi­teur, Trop, Prou, Peu, Moins

Marguerite de Navarre
Por­trait de Mar­guerite de Navarre par Clouet

Il s’ag­it du dernier por­trait de la reine Mar­guerite de Navarre. Repris et recopié à de nom­breuses repris­es, il est devenu au XVIe siè­cle son por­trait officiel.

Ses travaux lit­téraires ne l’empêchent pas de s’in­téress­er à son roy­aume, qu’elle admin­istre avec son mari. En 1528, elle met au monde une fille, Jeanne d’Al­bret, la future mère d’Hen­ri IV.

Elle meurt à Odos, près de Tarbes, le 21 décem­bre 1549.

Notre sélection de livres historiques

Si vous avez aimé cet arti­cle sur Mar­guerite de Navarre, nous vous invi­tons à jeter un coup d’œil sur nos ouvrages historiques. 

Vous pou­vez aus­si vous abon­ner par e‑mail à notre liste de diffusion.

Restons en contact !

Lire aussi  Le rôle de la femme du Moyen Âge au sein de la famille

Inscrivez-vous pour recevoir les actu­al­ités lit­téraires, des inter­views exclu­sives d’au­teurs et toutes les news autour des dernières sor­ties de livres !

Nous ne spam­mons pas ! Con­sul­tez notre poli­tique de con­fi­den­tial­ité pour plus d’informations.

Commentaires

Commentaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
trackback

[…] à la Renais­sance. Car si pour l’élite aris­to­cra­tique et intel­lectuelle grav­i­tant autour de Mar­guerite de Navarre, de Mar­guerite de Savoie, de Cather­ine de Médi­cis ou de Mar­guerite de Val­ois, c’est une […]

Vérifié indépendamment
41 avis