Dernière mod­i­fi­ca­tion le 4 févri­er 2022 par La Com­pag­nie Littéraire

Les différentes étapes de la vie d’une femme au Moyen Âge

Aujour­d’hui nous étudierons les dif­férentes étapes de la vie d’une femme au Moyen Âge. Les savants de l’époque con­sid­èrent que les débuts de la vie des femmes se parta­gent en trois âges bien pré­cis : l’enfance jusqu’à 7 ans, la jeunesse jusqu’à 14 ans et l’adolescence jusqu’à 28 ans. Au-delà, la femme est con­sid­érée comme vieille ! L’homme quant à lui n’est con­sid­éré comme un vieil­lard qu’à 50 ans… Au Moyen Âge, une femme est estimée majeure à par­tir de 12 ans, âge auquel la loi canon­ique fixe la majorité (deux ans avant les garçons), mais elle reste bien sûr soumise à l’autorité de son père.

L’enfance des femmes 

L’enfance com­mence véri­ta­ble­ment quand la petite fille apprend à par­ler, à manger et à marcher et durant cette péri­ode les petites filles sont traitées de la même façon que les petits garçons. À par­tir de 7 ans, leurs chemins vont être dif­férents et c’est à la mère que revient la charge d’éduquer sa fille avec ten­dresse, mais aus­si rigueur. Dans les familles les plus aisées, on con­fie leur édu­ca­tion aux moni­ales. Les filles font leur appren­tis­sage sur le psauti­er (recueil de psaumes de l’Ancien Tes­ta­ment). On leur enseigne la lec­ture, l’écriture ain­si que les travaux d’aiguille. Elles sont générale­ment plus savantes que les garçons, occupés à l’apprentissage de la guerre. Les filles des milieux plus mod­estes béné­fi­cient d’une péri­ode plus longue d’éducation et de tra­vail : à la cam­pagne, elles appor­tent une aide impor­tante à leur famille ou sont louées comme ser­vantes dans d’autres fer­mes, en ville, les filles d’artisans ren­trent en appren­tis­sage vers l’âge de 12 ans comme brodeuses, lingères, cou­turières et bien d’autres métiers.

portrait-de-jeune-fille-v-1470

L’adolescence des femmes au Moyen Âge

À l’adolescence, de 14 à 28 ans, et avec la puberté, les filles entrent dans un âge périlleux qui représente un enjeu impor­tant pour leurs familles qu’elles soient paysannes ou aris­to­crates. Toutes con­sid­èrent leur vir­ginité comme un pré­cieux tré­sor qu’il faut sauve­g­arder. Elles doivent préserv­er leur pudeur et leur inno­cence, tout en se pré­parant à leur rôle d’épouse et de mère, ce qui n’est pas le moin­dre des para­dox­es de la con­di­tion fémi­nine au Moyen Âge ! La vir­ginité des femmes est frag­ile, la moin­dre sor­tie représente un dan­ger d’effronterie et d’impudicité. Les filles doivent être gardées, sur­veil­lées et soumis­es. Elles doivent appren­dre la réserve, les gestes sobres et mod­estes et s’occuper à des travaux d’aiguille pour éviter les mau­vais­es pen­sées. Cepen­dant la valeur de la vir­ginité de la jeune fille varie selon son statut social : par nature, la fille du cheva­lier est plus pure que celle du bas peu­ple. La paysanne ou la bergère sont vio­lées au détour d’un chemin par un clerc ou un noble sans que per­son­ne ne s’en offusque. La jeune fille vio­lée ne peut plus trou­ver de mari et se voit sou­vent rejetée dans la pros­ti­tu­tion. Dans la lit­téra­ture cour­toise, le motif du viol de la pas­tourelle par le cheva­lier est un thème récurent. L’héroïne des romans est une jeune fille d’une quin­zaine d’années aux cheveux longs et blonds, à la peau pâle, aux join­tures fines, aux grands yeux clairs et aux lèvres rouges. Son corps est élancé, sa poitrine petite et ferme, son ven­tre rond. Ses canons de beauté sont fixés dès les pre­miers siè­cles de la péri­ode et ils ne chang­eront pas.

Lire aussi  Le rôle de la femme du Moyen Âge au sein de la famille

Le mariage des femmes au Moyen Âge

L’âge au mariage se situe entre 15 et 17 ans. Les filles de la noblesse, les mar­iées-enfants à 12 – 13 ans ou à peine pub­ères, sont loin d’être la norme finale­ment. Au Moyen Âge, le mariage est avant tout un pacte con­clu entre deux familles. Il est négo­cié par les hommes, les chefs de lig­nage qui choi­sis­sent les futurs con­joints. La future doit être choisie avec soin, de bonne famille et de renom­mée irréprochable (quelque soit le milieu social – aris­to­crate ou paysan). Il n’est pas ques­tion de sen­ti­ments, mais d’un accord financier entre deux clans. La fille apporte la dot en échange de quoi elle obtient des droits sur les ter­res de son fiancé. Au XIIe siè­cle sous l’influence de l’Église, les fiançailles devi­en­nent une vraie céré­monie. Les fiancés s’engagent à ne pas con­som­mer leur union avant les noces. La loi canon­ique inter­dit un mariage avant douze ans pour les filles et qua­torze pour les garçons. Le mariage n’a qu’un seul but : la pro­créa­tion. Le mariage est un sacre­ment que l’Église a défi­ni peu à peu, en s’inspirant des textes de la Bible et qui va jouer un rôle fon­da­men­tal dans la libéra­tion et la pro­tec­tion du statut de la femme. En insis­tant sur la néces­sité du con­sen­te­ment mutuel des époux, sur le car­ac­tère indis­sol­u­ble de l’union monogame, en inter­dis­ant les mariages con­san­guins, en sup­p­ri­mant la néces­sité du con­sen­te­ment des par­ents et la présence du prêtre, l’Église a fait du mariage une struc­ture rigoureuse où la femme trou­vait une garantie de lib­erté. Le droit ecclési­as­tique est donc très en avance sur les mœurs. En leur accor­dant la lib­erté de choisir, l’Église sape la société patri­ar­cale, c’est un dan­ger pour les familles. La femme est donc désor­mais placée sous l’autorité de son mari.

Lire aussi  Dhuoda – Les femmes de lettres dans l'histoire de la femme

La sexualité d’une femme au Moyen Âge

Devenu sacre­ment, le mariage se dote d’une liturgie, mais c’est bien sûr le fiancé qui est le plus act­if dans les rit­uels, la fiancée, elle, se lim­ite à répéter la même for­mule. Con­cer­nant la sex­u­al­ité, c’est l’Église qui une fois encore dicte beau­coup de choses : elle mul­ti­plie les péri­odes d’abstinence liées aux fêtes de l’année liturgique ou aux temps de la péni­tence (avent et carême), les rela­tions sex­uelles sont pro­scrites cer­tains jours de la semaine (le dimanche bien enten­du, mais aus­si le mer­cre­di et le ven­dre­di). La femme, con­sid­érée comme impure, est intouch­able pen­dant ses men­stru­a­tions et quar­ante jours qui suiv­ent un accouche­ment. La femme, de par sa con­di­tion de femme, de par son sexe, doit « ren­dre des comptes » constamment.

Un exem­ple : alors que le jeune époux ban­quette dans la cham­bre avec ses amis après la pre­mière nuit con­ju­gale, la jeune épousée, elle, doit se ren­dre dis­crète­ment à l’église pour un rit­uel de purifi­ca­tion. Le mari a tout pou­voirs sur les biens, la per­son­ne et les actes de sa femme. Les biens de sa dot lui appar­ti­en­nent et elle doit lui deman­der une autori­sa­tion si elle souhaite en jouir d’une façon ou d’une autre. S’il veut les ven­dre il lui faut toute­fois obtenir le con­sen­te­ment de sa femme. Au sein du mariage le mari est le maître incon­testé, un pou­voir qui peut aller jusqu’aux abus les plus vio­lents, même s’il a un devoir de pro­tec­tion et d’affection envers sa femme. La pre­mière ver­tu de la femme mar­iée c’est sa fidél­ité qui con­siste non seule­ment à ne pas faire le mal, mais aus­si à ne pas être soupçon­née. Si elle est stérile, elle en est la seule respon­s­able et la répu­di­a­tion la guette, surtout si son mari s’est lassé d’elle. La répu­di­a­tion sera d’ailleurs par­fois per­mise de manière out­ran­cière aux très puis­sants seigneurs voulant à tout prix un héritier.

mariage

Le mariage, vu par les autres

Tous les hommes, clercs, nobles et paysans parta­gent une vision très pes­simiste du mariage, cette misog­y­nie se perçoit bien dans cer­tains proverbes fla­mands tels que « les bons maris ont générale­ment de mau­vais­es femmes » ou encore « si l’on ne trou­vait qu’une mau­vaise femme, cha­cun dirait que c’est la sienne ». Il existe toute une lit­téra­ture du « mal mar­ié ». Si l’adultère est con­sid­éré par les hommes d’Église comme un péché mor­tel pour les hommes comme pour les femmes, dans la société laïque c’est un crime unique­ment féminin qui men­ace la société patri­ar­cale en jetant le doute sur la légitim­ité des enfants. Les nobles peu­vent bien impos­er à leurs épous­es leurs bâtards, il n’est pas ques­tion de met­tre en doute la nais­sance de leurs héritiers !

Lire aussi  Louise Labé : la plus grande poétesse de la renaissance

La con­di­tion de la femme mar­iée est donc celle d’une per­son­ne en retrait. Nous avons néan­moins accès à cer­taines de leurs pen­sées dans le ser­mon de Robert de Sor­bon (con­nu pour la fon­da­tion d’un col­lège devenu plus tard notre Sor­bonne) qu’il adresse en jan­vi­er 1261 à un pub­lic pop­u­laire d’hommes et de femmes aux­quels il veut faire com­pren­dre les mys­tères de la foi util­isant l’image du mariage et dres­sant le por­trait du mari idéal. On appren­dra alors que pour les femmes du Moyen Âge la pre­mière ver­tu est la beauté physique, celle-ci reflé­tant, selon elles, celle de l’âme, la troisième sera la richesse et l’intelligence en dernier. De leur côté, les femmes du peu­ple ne se font guère d’illusions sur leurs con­joints : « L’homme qui bat sa femme, quelle qu’en soit la cause, n’obtiendra jamais mal­gré toutes ses prières, la grâce de la Vierge Marie, s’il n’a d’abord obtenu le par­don de sa femme ».

Le veuvage

Une fois dev­enue âgée ou veuve, la femme a le choix entre trois solu­tions : se remari­er (c’est la plus courante, car beau­coup de veuves sont jeunes et se retrou­vent avec des enfants en bas âge qu’elles doivent élever dans des con­di­tions économiques dif­fi­ciles), se con­sacr­er à Dieu ou vivre seule. La veuve qui ne se remarie pas et qui n’entre pas au cou­vent est regardée avec méfi­ance ; des soupçons d’avarice et de lux­u­re pèsent sur elle…

Dans le prochain arti­cle, nous nous intéresserons à la place et au rôle de la femme du Moyen Âge au sein de la famille.


Si la con­di­tion fémi­nine au Moyen Âge vous intéresse vous pou­vez aus­si con­sul­ter les arti­cles suiv­ants de notre mai­son d’édi­tion : Le rôle de la femme du Moyen Âge au sein de la famille et Les dif­férents statuts de la femme au Moyen Âge.

Les femmes qui ont mar­qué le Moyen Âge : Dhuo­da – Les femmes de let­tres dans l’histoire de la femme et Chris­tine de Pizan.

Notre sélection de livres pour les férus d’histoire

Si vous vous intéressez à l’his­toire de la femme au Moyen Âge et de manière plus large à l’His­toire, nous vous invi­tons à com­pléter vos con­nais­sances avec cette col­lec­tion de livres. 

Restons en contact !

Inscrivez-vous pour recevoir les actu­al­ités lit­téraires, des inter­views exclu­sives d’au­teurs et toutes les news autour des dernières sor­ties de livres !

Nous ne spam­mons pas ! Con­sul­tez notre poli­tique de con­fi­den­tial­ité pour plus d’informations.

Commentaires

Commentaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
trackback

[…] fémi­nine au Moyen Âge vous intéresse vous pou­vez aus­si con­sul­ter les arti­cles suiv­ants : Les dif­férentes étapes de la vie d’une femme au Moyen Âge et Le rôle de la femme du Moyen Âge au sein de la […]

trackback

[…] fémi­nine au Moyen Âge vous intéresse vous pou­vez aus­si con­sul­ter les arti­cles suiv­ants : Les dif­férentes étapes de la vie d’une femme au Moyen Âge, Les dif­férents statuts de la femme au Moyen […]

Vérifié indépendamment
41 avis