Dernière mod­i­fi­ca­tion le 19 févri­er 2022 par La Com­pag­nie Littéraire

Si les sup­ports de lec­ture se diver­si­fient, les adeptes de la lec­ture ne dis­parais­sent pas : la var­iété des sup­ports bien au con­traire mul­ti­plie les occa­sions de se délecter d’un bon livre.

Les lecteurs sont de plus en plus nombreux 

Parce que les ordi­na­teurs et autres tablettes en tout genre envahissent nos sphères de vie, nous seri­ons ten­tés de suiv­re la nuée des représen­ta­tions trop sou­vent ancrées, et affirmer, bien à tort, que la lec­ture n’ex­iste plus. N’en­tend-on pas en effet fréquem­ment pré­ten­dre que les jeunes ne lisent pas – de moins en moins –, ou qu’In­ter­net, ayant boulever­sé les habi­tudes de dis­trac­tion des indi­vidus, ne créerait que de futurs adultes incultes, éloignés de toute con­sid­éra­tion livresque ? Il n’en est rien.

En pre­mier lieu, il est intéres­sant de relater les résul­tats d’une enquête récente sur les pra­tiques cul­turelles en Occi­dent : le nom­bre de lecteurs est en hausse glob­ale­ment, dès lors que l’on con­sid­ère de façon indif­féren­ciée l’o­rig­ine de leurs lec­tures : livres, mag­a­zines, quo­ti­di­ens, heb­do­madaires régionaux. Ce qui est ras­sur­ant… et autorise à con­clure qu’In­ter­net n’a pas appau­vri la pra­tique ; la toile n’a fait que chang­er, plutôt diver­si­fi­er le sup­port de nos lectures.

En deux­ième lieu, s’il est avéré que les plus jeunes lisent moins, s’adon­nant davan­tage aux jeux vidéo et à toute forme de com­mu­ni­ca­tion via leurs télé­phones mobiles, il est en revanche intéres­sant de relever l’ap­port très posi­tif de la tech­nolo­gie numérique, ain­si qu’en témoigne Jonathan Dou­glas, directeur de la Nation­al Lit­er­a­cy Trust : « Notre étude con­firme que la tech­nolo­gie joue un rôle cen­tral dans le développe­ment de l’alphabétisation des jeunes et de leurs choix de lec­ture. Alors que nous nous félici­tons de l’impact posi­tif que la tech­nolo­gie apporte en nou­velles pos­si­bil­ités de lec­ture pour les jeunes, il est essen­tiel que la lec­ture sur papi­er ne soit pas mise de côté. »

Enfin, et con­sid­érant plus pré­cisé­ment la lec­ture de livres, celle-ci reste tou­jours con­sid­érée comme “l’ac­tiv­ité ayant la plus grande valeur cul­turelle” pour 32% des per­son­nes inter­rogées, selon une enquête récente.

Quelle belle oppor­tu­nité que de pou­voir choisir son sup­port de lecture

lecteur livre papier vs numérique

Par ailleurs, le débat papi­er ver­sus numérique sem­ble gag­n­er en con­sid­éra­tion nuancée. Aus­si la crainte selon laque­lle le livre numérique tuerait tôt ou tard le livre papi­er s’éloigne-t-elle indu­bitable­ment : alors que 39% des français en étaient con­va­in­cus en 2011, ils ne sont plus que 27% aujourd’hui.

Le livre papi­er reste ain­si le sup­port le plus appré­cié par 73 % des lecteurs français.

Si l’on ne peut présager des ten­dances que réserve l’avenir, il reste indé­ni­able que les deux sup­ports que sont le papi­er et le numérique ne doivent pas s’en­gager dans une con­cur­rence effrénée : ils auront l’un comme l’autre tou­jours leurs adeptes, en exclu­siv­ité, ou en util­i­sa­tion partagée, et c’est bien ain­si. Que peut-on en effet souhaiter de mieux en tant que lecteur que la pos­si­bil­ité oh com­bi­en pré­cieuse de pou­voir choisir ? Et si d’autres sup­ports étaient davan­tage dévelop­pés, comme le livre audio, en braille… cela ne serait que source de sat­is­fac­tion grandissante.

Lire aussi  Tribulations d'une fervente lectrice au Salon du livre de Paris 2016

Le plaisir irremplaçable du livre papier

Tenir un livre entre ses mains, pren­dre le temps d’observer la cou­ver­ture, rêver en tour­nant les pages, sen­tir le papi­er gliss­er sous ses doigts, effleur­er la sur­face cou­verte d’encre, l’odeur par­ti­c­ulière du doc­u­ment et la nos­tal­gie du con­tact, relire le petit mot lais­sé par celle ou celui qu’il a offert… tout cela con­tribue à faire de chaque lec­ture un véri­ta­ble moment de plaisir pour le lecteur. En effet, pour ce dernier, le fait de lire n’est pas sim­ple­ment un moment durant lequel il absorbe des mots, des idées et des his­toires… c’est aus­si un moment durant lequel il part en voy­age : le livre qu’il tient entre ses mains est un peu comme son bil­let. Il sym­bol­ise, de manière con­crète, son pas­sage d’un univers à l’autre, d’une époque à l’autre, ou bien encore d’un esprit à l’autre.

Ce même lecteur trou­ve beau­coup plus con­fort­able et pra­tique de tenir un livre entre ses mains plutôt qu’une liseuse. Tout d’abord, sa con­cen­tra­tion est plus aisée et plus soutenue sur un livre que sur un écran. Ensuite, l’exposition à l’éclairage d’une liseuse ne favorise pas tou­jours l’endormissement.

Le plaisir de se ren­dre en librairie ou en bib­lio­thèque, de chercher, de fouiller les étagères pro­pres ou pous­siéreuses, de feuil­leter les pages et de lire des extraits d’un livre ouvert au hasard est inégalable.

Enfin, les livres sont sou­vent pour le lecteur des out­ils de référence, des sources d’inspiration et de réflex­ion. Ce dernier appré­cie par con­séquent de pou­voir gliss­er quelques notes au fil des pages et de s’y référ­er quand bon lui semble.

Le livre numérique et ses avantages incontestables

L’achat d’un livre numérique est instan­ta­né, et pos­si­ble en tout lieu : quelques clics sur un site en ligne suff­isent. Son coût final est moins élevé que celui du livre papier.

Le sup­port, com­pact et léger, a le dou­ble avan­tage du poids et d’une capac­ité de stock­age impor­tante : le lecteur est ain­si exonéré d’un choix préal­able d’ou­vrages à emporter lors de ses déplacements.

Le livre numérique est incon­testable­ment facile d’u­til­i­sa­tion, offrant con­fort et sou­p­lesse dans la lec­ture : pas­sage d’un chapitre à l’autre, place­ment de signets ou sur lig­nage, mod­i­fi­ca­tion de la taille des car­ac­tères… autant d’opéra­tions faciles à effectuer.

En cas de perte du fichi­er, il est pos­si­ble de le télécharg­er à nou­veau, à par­tir du dossier d’achat.

infographie livre papier livre numériqueLe livre audio, encore discret, n’est-il pas promis à un bel avenir ?

Qu’il soit sur CD ou totale­ment dématéri­al­isé, le livre audio sem­ble avoir un bel avenir devant lui, si l’on s’en réfère à de récentes études.

Recon­sid­ér­er son his­torique et son inscrip­tion dans la tra­di­tion orale de mul­ti­ples civil­i­sa­tions sera une pre­mière approche. La sec­onde approche per­me­t­tra de met­tre en exer­gue les nom­breux avan­tages, dont sa grande sou­p­lesse d’u­til­i­sa­tion. Enfin seront exam­inées les per­spec­tives d’évo­lu­tion prometteuses.

Des­tiné alors prin­ci­pale­ment à un jeune pub­lic, ain­si qu’à des per­son­nes malvoy­antes, le livre audio a fait son appari­tion au XXe siè­cle pour se dévelop­per jusqu’aux années 60. S’en­suiv­it une stag­na­tion, avec l’ap­pari­tion de nou­veaux media, notam­ment celui de la télévi­sion. C’est sur fond de révo­lu­tion numérique que le livre audio reprend actuelle­ment toute sa place : un sim­ple lien de télécharge­ment en per­met l’acquisition.

Avant d’en exam­in­er les enjeux et les avan­tages cer­tains, il est intéres­sant de met­tre en avant quelques chiffres.

Qua­tre mille titres sont disponibles sur le marché français, ce qui représente 1% du marché de l’édi­tion, quand deux cent mille le sont sur le cat­a­logue anglo-sax­on, soit 10% de leur marché. Selon l’As­so­ci­a­tion des édi­teurs améri­cains, sur la seule année 2015, la vente de livres audio a aug­men­té de 38%.

Lire aussi  Le Graal, objet d'une mystification?

Si l’on con­sid­ère les pays anglo-sax­ons comme ayant tou­jours une longueur d’a­vance – comme cela fut le cas pour les ebooks –, l’on peut alors con­sid­ér­er l’évo­lu­tion de ce créneau en France avec un cer­tain opti­misme (encore 2/3 des livres audio sont sur sup­port physique CD).

Il est intéres­sant à cet égard de point­er la sacral­i­sa­tion de l’écrit dans la cul­ture française : tout jeune enfant est val­orisé par son appren­tis­sage de l’écri­t­ure et de la lec­ture silen­cieuse. Les sup­ports audio et vidéo seront davan­tage con­sid­érés comme s’in­scrivant dans la sphère du diver­tisse­ment, quand le livre est sym­bole du savoir.

La voix peut sublimer un texte de façon remarquable  

Si le jeune enfant est val­orisé par l’ap­pren­tis­sage final de l’écri­t­ure et de la lec­ture silen­cieuse, n’est-il pas mar­qué néan­moins par les doux sou­venirs que sont la lec­ture à voix haute faite par ses proches à l’heure du couch­er, ou bien encore l’é­coute de livres dis­ques alliant voix et illustrations ?

C’est bien cette pre­mière expéri­ence, orale, de la lit­téra­ture qui s’in­scrit dans l’e­sprit de l’en­fant, suiv­ie par l’ap­pren­tis­sage de l’écrit.

L’on peut alors aisé­ment con­sid­ér­er qu’à l’âge adulte, le plaisir de l’é­coute soit tou­jours bien présent.

Les avan­tages du livre audio sont en effet nom­breux. De même que l’on écoute de la musique en voiture, dans les temps de loisir ou de trans­port, ou lors de l’exé­cu­tion de tâch­es ménagères, un livre audio peut être une excel­lente façon de s’ex­traire de l’e­space et du temps, de s’in­stru­ire, et de se laiss­er bercer par de mag­nifiques morceaux de littérature.

Pou­voir écouter une voix quand le con­texte rend la lec­ture malaisée – bruit, incon­fort de l’in­stal­la­tion –, s’en­dormir sur les derniers vers de poésie quand les yeux se fatiguent, n’est-ce pas un véri­ta­ble avan­tage amené par le livre audio ?

Par ailleurs, la voix peut sub­limer un texte de façon remar­quable, qu’elle soit celle de lecteurs con­nus – et très recon­nus – comme Guil­laume Gal­li­enne ou Michael Lons­dale, ou celle de vis­ages incon­nus, dont l’in­ter­pré­ta­tion peut ain­si créer des émo­tions jusqu’alors inédites.

Enfin, à la dou­ble dimen­sion du texte et de la façon dont il est lu peut s’a­jouter celle d’une com­po­si­tion musi­cale. Ce décloi­son­nement des dis­ci­plines peut créer une syn­ergie tout à fait appré­ciée par l’auditeur.

Le livre audio a son Grand Prix

Le livre audio peut-il se réin­scrire dans cette grande tra­di­tion orale de civil­i­sa­tions mil­lé­naires, ou en tout état de cause, sat­is­faire des modes de com­préhen­sion et de mémori­sa­tion forts dif­féren­ciés d’un indi­vidu à l’autre ? En effet, cha­cun a sa pro­pre dom­i­nante face à l’ap­pren­tis­sage, et au plaisir qui en découle : ain­si “l’au­di­tif” sera-t-il davan­tage séduit par le livre audio.

D’après une enquête réal­isée par Audi­ble avec Ipsos, 38% des Français se déclar­ent intéressés par la lec­ture d’un livre audio dans les années à venir, alors qu’ils n’é­taient que 10% en 2013. De même que 44% des par­ents le sont pour leurs enfants.

Le développe­ment des tech­nolo­gies et de l’équipement des foy­ers en smart­phones et tablettes en tout genre ne peut qu’en favoris­er la pra­tique. Par ailleurs, force est de con­stater que les con­tenus édi­to­ri­aux sont de plus en plus var­iés, lorsqu’ils ne pro­po­saient dans les pre­miers temps que des ouvrages de lit­téra­ture classique.

Lire aussi  10 citations des écrivains à propos de l'âge des femmes

Le tra­vail de l’As­so­ci­a­tion La Plume de Paon vaut d’être cité : con­tribuant au développe­ment d’un por­tail fran­coph­o­ne du livre audio, cette asso­ci­a­tion stras­bour­geoise a notam­ment été l’ini­ti­atrice du pre­mier fes­ti­val du livre audio en 2013, ain­si que du Grand Prix du Livre audio au Cen­tre Nation­al du Livre.

Son tra­vail tout à fait remar­quable va dans le sens de la Com­mis­sion des Affaires étrangères de la Fran­coph­o­nie : l’axe social, cul­turel et édu­catif tel que pré­con­isé par cette dernière per­met de con­sid­ér­er le livre audio comme un sup­port de choix. Ce dernier offre des per­spec­tives péd­a­gogiques (appren­tis­sage de la langue), élar­git la lec­ture aux publics empêchés, et répond à de nou­veaux moments pos­si­bles pour la lecture.

Con­sciente du poten­tiel que revêt la lec­ture enreg­istrée à l’ère du numérique, et de la ges­tion nou­velle du temps et des loisirs, le Syn­di­cat nation­al de l’Édi­tion a, quant à lui, créé une com­mis­sion en charge de dévelop­per des parte­nar­i­ats insti­tu­tion­nels, de s’as­sur­er de la présence du livre audio sur tous les lieux ad hoc, de réfléchir à la créa­tion d’un salon dédié, et plus glob­ale­ment de réalis­er une étude de per­cep­tion sur les usages.

Aus­si les per­spec­tives du livre audio sont-elles réelles. En témoignent les impli­ca­tions et les actions menées par les dif­férentes insti­tu­tions ou struc­tures sen­si­bil­isées à ce support.

Le développe­ment quan­ti­tatif déjà bien amor­cé va se pour­suiv­re. De même peut-on imag­in­er que la lec­ture audio se fasse dans un esprit d’ou­ver­ture plus large, ain­si que le sug­gère l’ac­teur Jacques Weber : “le livre audio ne doit pas unique­ment et tou­jours célébr­er les gens recon­nus, sages et clas­siques. Il con­vient aus­si d’entendre les voix nou­velles et les écri­t­ures nou­velles (…) Pourquoi ne pas inven­ter un livre audio qui serait un dia­logue entre un type de ban­lieue et un acteur de la Comédie-Française à qui on don­nerait suc­ces­sive­ment Proust à lire ? Cela pour­rait s’avérer magnifique.”

Longue vie au livre

Que de sup­ports de l’écrit depuis plusieurs mil­lé­naires ! Que d’é­tapes depuis l’argile, la pierre, le papyrus, le bois, le tis­su jusqu’au papi­er au XIIe siè­cle ! Que dire alors de la révo­lu­tion de l’im­primerie au XVe siè­cle ?

N’a-t-on pas craint par la suite la dis­pari­tion de l’écrit à la nais­sance de l’au­dio­vi­suel ? Il n’en fut rien.

Pour pour­suiv­re à l’ère du numérique, révo­lu­tion sim­i­laire dans sa force à celle de l’im­primerie, doit-on aus­si s’alarmer de la pos­si­ble dis­pari­tion du livre, au prof­it de toute dématéri­al­i­sa­tion ? Non, les chiffres attes­tent du con­traire : la jux­ta­po­si­tion des dif­férents sup­ports plutôt que leur sub­sti­tu­tion réciproque cor­re­spond davan­tage à la réal­ité. Cela ras­sure. Papi­er, numérique, audio… le livre reste un livre, et n’a encore jamais été détrôné. Longue vie à ce dernier, quelque soient les sup­ports de lecture.

Et vous, quel util­isa­teur êtes-vous ?

Notre sélection de livres papier

Si cet arti­cle sur le plaisir de lire vous a plu et vous souhaitez join­dre la théorie à la pra­tique, nous vous invi­tons à jeter un coup d’œil sur les livres de notre mai­son d’édi­tion. Voici une sélec­tion spé­ciale­ment con­coc­tée pour vous 🥳 !

Restons en contact !

Inscrivez-vous pour recevoir les actu­al­ités lit­téraires, des inter­views exclu­sives d’au­teurs et toutes les news autour des dernières sor­ties de livres !

Nous ne spam­mons pas ! Con­sul­tez notre poli­tique de con­fi­den­tial­ité pour plus d’informations.

Commentaires

Commentaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
trackback

[…] l’article com­plet de Pas­cale Habert : https://www.compagnie-litteraire.com/supports-de-lecture-pl…/ Illus­tra­tion page Face­book shortEdition : […]

trackback

[…] y a quelques jours, nous par­lions des sup­ports de lec­ture numérique et audio, aujourd’hui, nous vous pro­posons de faire un bond dans le temps et de […]

Vérifié indépendamment
41 avis