Dernière mod­i­fi­ca­tion le 5 novem­bre 2022 par La Com­pag­nie Littéraire

Gazhell, le nouveau livre de Vincent Blénet

Pro­pos de l’Archimandrite Ténébreux, Par Moni­ka Kliava…

La Com­pag­nie Lit­téraire : Vin­cent Blénet, vous avez pub­lié déjà bon nom­bre d’ouvrages et tous ont un titre que les lecteurs ne risquent pas d’oublier ! « Gazhell » en est l’exemple frap­pant. Pou­vez-vous nous expli­quer l’origine ?

Vin­cent Blénet : Ce titre sym­bol­ise la thé­ma­tique de mon nou­v­el ouvrage, à savoir l’enfer et les femmes. Dans ce livre, j’aborde de vieux démons : l’enfer, le dia­ble, le péché. Je par­le main­tenant libre­ment de désirs char­nels et d’érotisme sen­suel. Je n’hésite pas à revendi­quer ma quête de tra­vers­er, ressen­tir et vivre de lan­goureuses et intens­es nuits pas­sion­nelles, nuits de charme avec ces jolies dames, ces jolies gazelles insai­siss­ables… Gazelles de l’infidèle, Jéz­abel de l’inaccessible, indompt­a­bles, mau­dites et impéné­tra­bles GAZHELL !!!

Les derniers livres de Vincent, Gazhell & Goth'n'rolla
Les derniers livres de Vin­cent, Gazhell & Goth’n’rolla

C.L. : Pour les lecteurs qui ne con­nais­sent pas votre univers, com­ment pour­riez-vous le qual­i­fi­er en quelques mots ?

VB : Philoso­phie poé­tique, émo­tion­nels, trag­iques, visions oniriques de la souf­france, univers goth­ique et imag­i­natif, dosé d’un sar­casme cynique, ironique et dés­in­volte. Le par­fait Moji­to à l’absinthe de Shake­speare, Dante, Rim­baud, Anne Rice, Clive Bak­er, et Palahniuk.

C.L. : D’accord, et com­ment Gazhell s’inscrit dans la con­ti­nu­ité de vos ouvrages ?

VB : D’abord par l’expression de mes ressen­tis, ce qui a tou­jours été une ligne suiv­ie depuis que j’ai com­mencé à écrire. Naturelle­ment, avec le temps et j’ai plus de lib­erté pour appréhen­der et explor­er des thèmes plus matures.

Cette évo­lu­tion naturelle s’est con­stru­ite aus­si sur la somme des expéri­ences vécues, comme c’est le cas pour la plu­part des per­son­nes, j’imagine.

Lire aussi  Alain Aimmeur publie une belle histoire du terroir provençal

Vincent Blénet est l’Archimandrite Ténébreux

C.L. : Un texte pré­cis à recom­man­der de l’Archi­man­drite Ténébreux ?

VB : J’en ai quelques-uns de sym­pa­thiques haha ha… Mais je crois que pour être plus en con­nex­ion entre moi et le lecteur, je vous con­seillerais les pas­sages des poèmes de Jéz­ab­hell. C’est mon regard atten­dri sur les Femmes et mes espérances de désirs char­nels, pas­sion­nels avec ces si belles Gazhell. Ces pas­sages d’écritures ont été rédigés sur mon télé­phone Sam­sung Galaxy, en pub­lic, lors de mes vadrouilles à Mont­pel­li­er. J’y ai décrit avec ten­dresse et poésie la Mag­nif­i­cence que je con­tem­ple lorsque je vois ces jolies demoi­selles qui tra­versent devant moi lors de mes bal­lades quo­ti­di­ennes à Mont­pel­li­er. Et qu’à tra­vers ma prose de séduc­tion, elles soient sus­cep­ti­bles d’oublier que je suis un ours goth­ique de cent cinquante kilos… l’habit ne fait pas le moine, ou plutôt l’habit ne fait pas l’Archimandrite…

C.L. Cather­ine Mey­lan a illus­tré votre ouvrage Gazhell, tout comme Cieux FM par des cal­ligra­phies chi­nois­es. D’où vous est venue l’idée de l’intégrer dans vos pro­jets artistiques ?

VB : Notre tra­vail en com­mun ressem­ble à la con­ju­gai­son d’un orchestre où chaque mesure reflète une note bien pré­cise. Elle a par­ticipé à la fin du livre à une inter­view et un por­trait, lorsque je suis allé la voir à Genève. Nous avons trou­vé les phras­es cal­ligraphiées en con­cer­ta­tion. Nous en avons inven­té trois spé­ciale­ment pour le livre. Nous en avons adap­té quelques autres qui col­laient par­faite­ment à l’état d’esprit du livre.

Vin­cent Blénet et Cather­ine Meylan

C.L. : Vous avez pub­lié en même temps que Gazhell, un opus­cule en anglais com­posé de lyrics. Que pou­vez-vous nous en dire ?

Lire aussi  Claude Morivilly nous dévoile son ouvrage dystopique : Le Jardin des Hespérides

VB : Au départ, je devais écrire une chan­son pour un fea­tur­ing avec un artiste de musique Deep House, afin d’illustrer le cat­a­clysme émo­tion­nel que l’aventure de « Cieux FM » m’a fait ressen­tir. Et puis, un jeune métaleux m’a demandé de réécrire quelques-uns de ses textes pour son pro­jet de groupe de Rock, j’ai donc essayé de m’y plonger. Mal­heureuse­ment pour lui, ma prose ne lui con­ve­nait pas, mais Alléluia pour moi, car j’ai pu entamer, durant tout le long de l’écriture de « Gazhell », comme un jour­nal de bord à la fois philosophique et poé­tique, la rédac­tion de cet opus­cule, com­posé entre des pen­sées quelques et réflex­ions. Inti­t­ulé « Goth’N Rol­la », ce recueil mar­que l’empreinte de mon Vio­lonisme Littéraire.

C.L. : Si l’artiste de vos rêves pou­vait inter­préter vos lyrics, ce serait ?

VB : Hélas, je n’ai aucun espoir là dessus. M. Man­son ayant ignoré, avec un cynisme vio­lent frôlant le mépris et d’une dés­in­vol­ture néga­tion­niste, mes douze livres précé­dents, dont j’ai réus­si à lui en faire par­venir quelques-uns. Il a pour­tant été « l’actionnaire » des nom­breuses fic­tions présen­tées dans mes travaux d’écriture. Huit ans d’études, d’investigations sur lui. Je ne sais pas vrai­ment si je devrais me per­dre dans un labyrinthe de con­stel­la­tions acides, générant le Bal des Traîtres dans les mon­dan­ités aris­to­cra­tiques. J’ai même essuyé le crachat expi­a­toire du rejet de la plus grande écrivaine de l’univers, Anne Rice. Ces rejets me sont plus qu’un échec ou un regret, ils sym­bol­isent l’illustration d’un pro­fesseur qui “chie” agres­sive­ment sur son élève. Le pré­cep­teur qui tabasse et flingue à coups de battes cloutées celui qu’il éduque. Tout comme les Psy­chi­a­tres et les enseignants scolaires. 

Lire aussi  Zhan Shu présente son premier roman : Yi

C.L. : Un dernier mot pour les lecteurs ?

VB : je m’adresse à de fidèles lec­tri­ces, celles qui sont un peu comme les ros­es de glace d’Eden, Mes­dames et Mes­de­moi­selles, lais­sez-vous charmer par ma plume d’un nounours goth­ique aux larmes d’encre roman­tiques. Et à tous mes lecteurs à qui je demande de voir, der­rière mes mots par­fois bru­taux et exces­sifs, la déri­sion et la pro­fondeur des blessures et des sentiments.

Com­man­der les livres de Vin­cent Blénet

Vincent Blénet et Catherine Meylan
L’Archi­man­drite Ténébreux et Cather­ine Meylan

Restons en contact !

Inscrivez-vous pour recevoir les actu­al­ités lit­téraires, des inter­views exclu­sives d’au­teurs et toutes les news autour des dernières sor­ties de livres !

Nous ne spam­mons pas ! Con­sul­tez notre poli­tique de con­fi­den­tial­ité pour plus d’informations.

Commentaires

Commentaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Vérifié indépendamment
41 avis