Maison d'édition Paris : La Compagnie Littéraire 11-13 rue Vernier 75017 Paris

01 86 95 24 73 du lundi au vendredi de 10h à 18h

L’enfant dort, l’enfant do, l’enfant dormira bientôt. Le marchand de sable est passé. La lampe de chevet veille, esseulée. Le dernier regard de l’enfant est pour l’abat-jour au tissu finement tramé où passent et repassent sans fin les silhouettes du roi, de la reine, des gentilshommes, suivis de soldats, de bêtes aussi. La jeune et noble cavalière fait un peu penser à la mère qui fait penser à la Violetera, une chanson. L’abat-jour laisse soupçonner l’ampoule à travers ses motifs brodés tels ceux d’une robe d’apparat. De petits trous brillants piquent la trame par endroits comme le ciel les étoiles, ou bien une mantille. La jeune reine revient sur ses pas en déshabillé rose. Elle fredonne pour endormir l’enfant « Duerme, duerme mi Angelico, dors, dors mon petit ange », dans un vieil idiome du temps des rois de Castille justement. L’enfant do, l’enfant dort, à ce qu’il semble. Tout en bas dans la rue va le veilleur de nuit, sa pique à l’épaule, dormez bonnes gens, c’est le sereno.

Commentaires

Commentaires

Poids 0.4 kg

Avis


Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Sereno – Marcel Séguier”


%d blogueurs aiment cette page :