Dernière mod­i­fi­ca­tion le 5 novem­bre 2022 par La Com­pag­nie Littéraire

La Com­pag­nie Lit­téraire : Frédéric Péran, bon­jour, vous fig­urez par­mi les nou­veaux auteurs de notre mai­son d’édition La Com­pag­nie Lit­téraire, avec la sor­tie de votre pre­mier roman inti­t­ulé « Vic­tor Plas­tre – (Re)bondir ». Pour ceux qui vous décou­vrent actuelle­ment, ce titre est déjà une énigme ! Sans trop en dévoil­er, pou­vez-vous nous en dire plus ?

Frédéric Péran : Rebondir… À chaque fois que sa vie se com­plique, c’est le pre­mier mot qui vient à l’esprit de Vic­tor Plas­tre. Pour­tant il n’aime pas ce mot, il trou­ve que ça ne veut pas dire grand-chose. C’est peut-être un mélange incon­scient de deux verbes : bondir et revivre. (Re) bondir en quelque sorte !

La Com­pag­nie Lit­téraire : Paris occupe une place cen­trale dans votre univers lit­téraire, nous pou­vons même nous ris­quer à penser qu’elle est l’âme et le moteur qui guident Vic­tor, à tra­vers ses tro­quets, sa pop­u­la­tion, sa vie de quarti­er et son envi­ron­nement si car­ac­téris­tique. Quelle influ­ence la cap­i­tale a‑t-elle sur vous et votre écriture ?

Frédéric Péran : J’ai pra­tique­ment tou­jours vécu à Paris, jamais très loin de Bar­bés. Même si j’ai fait le choix de quit­ter Paris il y a quelques petites années, j’y ai des sou­venirs vivaces et c’est une fête à chaque fois que j’y retourne. À Paris, tout est pos­si­ble : avoir une vie de quarti­er, comme j’ai aimé la vivre à la Goutte d’Or, mais aus­si s’échapper en tra­ver­sant quelques rues et retomber dans l’anonymat. Et ça, Vic­tor Plas­tre l’a bien compris.

La Com­pag­nie Lit­téraire : Cinquan­te­naire céli­bataire, compt­able et sans enfant, au pre­mier regard Vic­tor Plas­tre ne sem­ble pas cor­re­spon­dre aux critères stan­dards de réus­site sociale. Pour­tant, l’impression que nous avons en décou­vrant son aven­ture est bien dif­férente : Vic­tor est épanoui et son charisme est capa­ble de rav­ages par­mi la gent fémi­nine. En même temps, il est aus­si un per­son­nage énig­ma­tique et évolu­ant avec un passé douloureux. Com­ment avez-vous imag­iné ce per­son­nage au départ ?

Frédéric Péran : J’aime écouter les his­toires qui se racon­tent dans les bistrots et pren­dre part aux dis­cus­sions qui n’en finis­sent jamais. Dans les bistrots d’habitués, cer­tains se racon­tent des his­toires, embel­lis­sant leur passé. Peut-être pour oubli­er que tout ne fut pas si rose, peut-être encore par pudeur, pour ne pas plomber l’ambiance en racon­tant des choses trop douloureuses. Quand j’ai com­mencé à écrire des petites his­toires, c’était sou­vent les aven­tures de ces per­son­nages de bistrot qui me venaient. Et Vic­tor Plas­tre est né comme ça : un garçon qui va arrêter de fan­faron­ner un instant et se rap­pel­er la vérité des quelques années qui vien­nent de s’écouler. Sans tabou.

Frédéric Péran tient aus­si un blog avec des his­toires cour­tes, inti­t­ulé “T’es pas tout seul”.

La Com­pag­nie Lit­téraire : Nous avons été mar­qués par la poésie, la spon­tanéité et la flu­id­ité de votre écri­t­ure. Les sen­ti­ments que vous développez entre vos per­son­nages sont pour­tant com­plex­es. Com­ment décririez-vous votre écri­t­ure, et à quel type de lecteur la destinez-vous ?

Frédéric Péran : « Poésie, spon­tanéité, flu­id­ité ». Mer­ci ! Puis­sent mes futurs lecteurs ressen­tir la même chose. Parce que c’est exacte­ment ce à quoi, mod­este­ment, j’aspire.

Lire aussi  L'auteur Vincent Blénet se livre à propos de son ouvrage Cieux FM.

Je veux que mon écri­t­ure reste sim­ple. Et ce n’est pas tou­jours aus­si facile que je le pen­sais. Sur un pro­jet long comme un roman, il faut beau­coup de tra­vail pour que l’ensemble soit flu­ide. Mod­i­fi­er des mots, en sup­primer, retra­vailler la struc­ture des phras­es trop apprêtées…

Mes lecteurs ? Des gens qui aiment bien qu’on leur racon­te une his­toire. Et si cette his­toire peut faire naître quelques ques­tion­nements en cha­cun, alors c’est tant mieux !

La Com­pag­nie Lit­téraire : Avant et pen­dant votre phase d’écriture, avez-vous eu des artistes, des réal­isa­teurs, ou des auteurs ayant influ­encé et nour­ri votre imagination ?

Frédéric Péran : J’aime de nom­breux auteurs, bien évidem­ment. Deux me vien­nent à l’esprit tout de suite, deux auteurs qui m’ont vrai­ment don­né le goût du livre : Gus­tave Flaubert et son style, Mar­cel Aymé et son esprit.

Tiens ! La pre­mière phrase d’une nou­velle de Mar­cel Aymé (le Nain), me revient sou­vent : « Dans sa trente-cinquième année, un nain de cirque se mit à grandir… » On plonge tout de suite dans le réc­it qu’il va nous faire.

J’aime aus­si des auteurs con­tem­po­rains. Je me laisse par exem­ple très facile­ment emporter par les romans de Michel Houellebecq.

La musique m’inspire égale­ment beau­coup. J’aime la chan­son française. Les textes bien faits et les chan­sons mélodieuses m’aident sou­vent à trou­ver l’inspiration.

La Com­pag­nie Lit­téraire :Nous tenions à vous remerci­er à nou­veau chaleureuse­ment pour votre roman, et par l’occasion, vous souhaitez le meilleur que vous puissiez mérit­er dans votre chem­ine­ment d’écrivain. Pour clô­tur­er cette entre­vue, avez-vous un mes­sage à adress­er à vos futurs lecteurs ? Nous vous lais­sons aus­si le mot de la fin. 

Frédéric Péran : Je vous remer­cie de m’avoir accordé votre con­fi­ance en m’intégrant dans votre cat­a­logue. La sor­tie de ce pre­mier roman est pour moi un moment tout à la fois émou­vant et qui fait un peu peur pour tout dire.

Lire aussi  Jean Philippe Thénoz livre une rétrospective de son voyage au Liban dans ses "Chroniques libanaises"

J’espère que les per­son­nes qui se lanceront dans la lec­ture de ce roman apprécieront de décou­vrir Vic­tor Plas­tre, son univers, ses erre­ments… Cer­tains s’attacheront à ce per­son­nage, d’autres le trou­veront peut-être peu fréquentable.

Je suis très curieux de con­naître l’impression de chacun.

Com­man­der le roman de Frédéric Péran, Vic­tor Plas­tre, Rebondir

Restons en contact !

Inscrivez-vous pour recevoir les actu­al­ités lit­téraires, des inter­views exclu­sives d’au­teurs et toutes les news autour des dernières sor­ties de livres !

Nous ne spam­mons pas ! Con­sul­tez notre poli­tique de con­fi­den­tial­ité pour plus d’informations.

Commentaires

Commentaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Vérifié indépendamment
41 avis