Dernière mod­i­fi­ca­tion le 5 novem­bre 2022 par La Com­pag­nie Littéraire

Édi­tions la Com­pag­nie Lit­téraire : Bernard Thau­mi­aux, bon­jour. Dans quelques semaines paraî­tra à la Com­pag­nie Lit­téraire votre nou­veau recueil de poèmes inti­t­ulé : L’Ombre insai­siss­able. Vous y relatez un par­cours de voyageur, entre l’Afrique et la forêt ama­zoni­enne. Com­ment ce pro­jet a‑t-il vu le jour ?

Bernard Thau­mi­aux : Au début des années 1980, encour­agé par une amie proche, je me suis lancé dans la course à pied. Après de nom­breuses par­tic­i­pa­tions à des épreuves de longues dis­tances (marathons, ultras marathons, 100km), quelques médias se sont intéressés à mes presta­tions. Cela m’a motivé à m’inscrire dans deux cours­es de renom… le Paris-Gao-Dakar non-stop en relais à 12 et la 1re transama­zoni­enne en Guyane et au Brésil en solo. J’ai eu la chance de béné­fici­er de spon­sors qui ont financé en total­ité mes défis. Le jour­nal Le Parisien m’a élu « coup de cœur » en ath­létisme 1988 et là c’était par­ti pour de nom­breuses années.

Édi­tions la Com­pag­nie Lit­téraire : Vous sem­blez avoir voulu saisir des moments d’exception aus­si fugi­tifs qu’exaltants. Le titre de votre ouvrage est en ce sens très évo­ca­teur. Com­ment ce titre s’est-il imposé à vous ?

Bernard Thau­mi­aux : C’est le fait d’avoir cou­ru sou­vent de nuit dans des endroits improb­a­bles qui m’a inspiré ce titre surtout que je m’éclairais à la lampe frontale dans la jun­gle ou avec les phares de 4x4 en Afrique.

Édi­tions la Com­pag­nie Lit­téraire : Dans les années 1980, époque des évo­ca­tions poé­tiques de votre périple, s’aventurer dans ces régions-là n’allait pas de soi. Com­ment avez-vous organ­isé et réal­isé vos départs et vos déplace­ments ? Pou­vez-vous nous racon­ter un peu tout cela. Y a‑t-il eu des moments plus par­ti­c­ulière­ment dif­fi­ciles ou risqués ?

Lire aussi  Nanno Bolt présente le fruit de douze années de recherches sur les apothicaires en Bourgogne médiévale

Bernard Thau­mi­aux : J’ai béné­fi­cié d’organisations sachant s’adapter à de tels périples. Bien sûr qu’il y a eu des moments de stress et de frayeur… En panne de moteur sur une pirogue, le fleuve Ama­zone grouil­lant de caï­mans surtout que quelques min­utes aupar­a­vant on avait aperçu le dia­mant qui sor­tait à peine de l’eau. Les nuits passées près de l’eau dans des car­bets de for­tune, les cris stri­dents qui me réveil­laient, les gros insectes, les papil­lons de nuit par­fois sur­di­men­sion­nés autour du hamac, un gros ser­pent en tra­vers d’un sen­tier, un cra­paud que j’éclaire et qui me regarde au moment de faire mes besoins et des feuilles qui se met­tent à bouger vio­lem­ment, à un moment j’ai cru me perdre !

Me croy­ant seul au monde quelques min­utes, en Afrique un scor­pi­on sur­pris qui me fixe, un chameau blanc qui se relève en pleine nuit devant moi, des chiens sauvages qui me courent après, une horde de babouins qui me coupe la route une dizaine de mètres devant moi… Voilà quelques moments de sur­prise ou de frayeur par­mi tant d’autres.

Édi­tions la Com­pag­nie Lit­téraire : Ce livre est votre 7e ouvrage. Les ouvrages précé­dents étaient-ils aus­si des recueils poé­tiques ? Et quels en étaient les thèmes ?

Bernard Thau­mi­aux : Oui, je n’écris que des recueils de poésie. Les thèmes abor­dés sont en lien avec mon méti­er d’éducateur, les oiseaux et les émo­tions que cela sus­cite en moi. Para­doxale­ment j’ai tou­jours aimé la boxe et j’ai con­sacré un recueil à des meet­ings aux­quels j’ai assisté avec par­fois beau­coup de fas­ci­na­tion sur qui se joue bien au-delà du verdict.

Cou­ver­ture du recueil de poèmes L’Om­bre insaisissable

Édi­tions la Com­pag­nie Lit­téraire : Vos pub­li­ca­tions com­men­cent en 2016, mais en ce qui con­cerne l’acte d’écrire pro­pre­ment dit, quand avez-vous commencé ?

Lire aussi  Fabienne Lamour présente son recueil de poèmes Cœur en liberté : une ode à l'optimiste

Bernard Thau­mi­aux : J’ai tou­jours aimé écrire. Il y a plus de 30 ans je rédi­geais des arti­cles pour des gazettes et un jour­nal région­al. En 2015 j’ai créé un ate­lier d’écriture dans une insti­tu­tion spé­cial­isée en Suisse. Le virus m’a repris et j’ai com­mencé à écrire de la poésie. J’ai fait par­venir un recueil à deux maisons d’édition qui ont répon­du favor­able­ment et l’engrenage a com­mencé et j’espère qu’il n’est pas prêt à s’éteindre car j’ai le feu en moi.

Édi­tions la Com­pag­nie Lit­téraire : Bernard Thau­mi­aux, d’après votre par­cours, on perçoit un attrait pour la lit­téra­ture et l’écriture autant que pour les voy­ages et l’aventure. Le désir de saisir l’instant, autant pour en témoign­er que pour l’immortaliser, relève de l’atmosphère et de l’art des « car­nets de voy­age ». Quels com­men­taires cela vous inspire-t-il ? 

Bernard Thau­mi­aux : Tout petit déjà, j’étais absorbé par la nature, les oiseaux et l’aventure. L’île au tré­sor, Robin­son Cru­soé, Tarzan, Rabo­liot, plus tard, bref, tout un tas de livres qui peu­plaient mon imag­i­naire. Je m’endormais en pyja­ma mais me trans­for­mais dans mes rêves en explo­rateur… Mar­co polo, Christophe Colomb, Mag­el­lan et j’en passe.

Édi­tions la Com­pag­nie Lit­téraire : Je voudrais revenir sur le dernier poème de votre livre, poème inti­t­ulé Inter­ac­tion, vous y faites référence à la fragilité de l’écosystème et aux men­aces qui pèsent sur notre planète.

Quelles sont, d’après vous, les solu­tions à adopter et com­ment peut-on espér­er redress­er la situation ?

Les ini­tia­tives indi­vidu­elles seront-elles suff­isantes pour con­tre­car­rer le monde du prof­it qui men­ace le monde tout court ?

Bernard Thau­mi­aux : À mon avis il faut dévelop­per « le vivre ensem­ble ». La coopéra­tion entre les peu­ples est une des solu­tions majeures. La com­mu­ta­tiv­ité, l’associativité, la dis­trib­u­tiv­ité, la restau­ra­tion de la terre et notam­ment de la forêt trop­i­cale que nous devons préserv­er font par­tie des enjeux de demain. L’homme ne peut se pass­er de la nature mais pour elle ce n’est pas le cas. Elle veut vivre et lorsqu’elle est fâchée elle nous le mon­tre en nous punis­sant. Cer­tains savent réa­gir, et d’autres pas… Et là il y a un grand pas, mais con­tin­uons le combat !

Lire aussi  Raymond Christon évoque dans un roman saisissant la discrimination dans la Recherche

Édi­tions la Com­pag­nie Lit­téraire : Un mot pour la fin ?

Bernard Thau­mi­aux : Solidarité !

Com­man­der le recueil de poèmes de Bernard Thaumiaux

Dans quelles librairies trouver le livre de Bernard Thaumiaux ?

L’Om­bre insai­siss­able de Bernard Thau­mi­aux est disponible sur Fnac.com, Ama­zon, Decitre, les librairies du réseau Place des librairies et Dil­i­com et plus générale­ment en com­mande dans toutes les librairies de France et de Navarre.

Restons en contact !

Inscrivez-vous pour recevoir les actu­al­ités lit­téraires, des inter­views exclu­sives d’au­teurs et toutes les news autour des dernières sor­ties de livres !

Nous ne spam­mons pas ! Con­sul­tez notre poli­tique de con­fi­den­tial­ité pour plus d’informations.

Commentaires

Commentaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Vérifié indépendamment
41 avis