L’extrait du vendredi – 20 Janvier 2017 – Croix de Fer

L’extrait du vendredi – 20 Janvier 2017 – Croix de Fer

Une nouvelle année démarre : des projets plein la tête, des passions à développer, des envies innombrables, des livres qui attendent d’être ouverts…

Et si vous preniez le temps de vous plonger dans la lecture de l’ouvrage de Louis Le Baraqué ?

Louis le Baraqué a un corps d’athlète. Vingt ans de compétition en gymnastique marquent ce personnage hors norme, mégalo, aux destin et parcours atypiques.

Dans Croix de Fer, il nous plonge dans un univers où tout se mêle, s’emmêle, mais ne se démêle pas.

Il brouille les pistes : est-ce son personnage ou l’auteur qui parle ?

Laissez-vous séduire par l’un ou par l’autre…

Extraits

(…) Montmartre, Ronsard, club L’Ancienne de Paris, une des plus vieilles institutions de France.

C’est la gym qui m’a fait…

Je suis impressionné. Obnubilé par mon entraînement, pour ne pas dire mon surentraînement. J’ai d’ailleurs cherché toute ma vie cette fraternité et ce volume de travail, que j’ai essayé de transférer partout, dans plusieurs domaines. Musculation sous toutes ses formes et amélioration du physique en général… Études… Close-up… Langues étrangères (anglais, italien, espagnol)… Arts martiaux (karaté, krav maga)… Je recherche également toujours cette fameuse fraternité dans des clubs de cinéphiles… Mais il me manque l’essentiel, l’argent, le sexe et l’amour, y compris celui des miens.

J’ai appris à apprendre, à devenir autodidacte, mais surtout j’ai pu compter sur des maîtres absolument extraordinaires.

À commencer par Filémon, sans oublier Gérard et Louis, notre maître à tous. Filémon, notre entraîneur, souvenir indélébile, respecté, il nous a construits… Je me rappelle encore lorsque nous étions goguenards en début de séance dans les vestiaires. Il restait de marbre et nous disait : « On verra ça sur les agrès ! » Il y a des jours où cela nous faisait carrément peur ; c’était le genre de séance, pas un mot, ambiance écrasante, concentration, trouille, le bruit des agrès, la magnésie… Les mains en sang pendant des années (…).

(…) Mes parents, quarante-cinq ans de vie commune, sans jamais se tromper ; mariage aux Buttes-Chaumont, mon père sortait de vingt-six mois de guerre, où il était à mon avis l’ami de tous, comme à son habitude. Mais aussi charniers, tueries, Tindouf. Malgré lui bien sûr, tout comme moi, dans ma difficile vie… Nous sommes de la même race, les chiens ne font pas des chats. Je garde des photos de lui, précieusement, que j’ai fait agrandir avec les moyens actuels – eh oui, je suis émerveillé par la technologie. Notamment, une photo de lui où il est en short, torse nu, je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi beau… Un personnage exceptionnel s’il en est. Même si lui, comme tous mes proches, a été atroce avec moi, mais je mets ça sur le compte de la naïveté (…)

(…) Mais le jour J, à l’heure H, je m’en vais. Sans le béret ni le brevet, tant pis… depuis longtemps, on me renferme avec des peurs, des angoisses. Je suis bien souvent arraché à moi-même. Je m’aperçois maintenant que mon parcours ressemble de plus en plus à une école à tuer, j’ai eu envie de tuer et de me flinguer. Mais j’ai toujours cette envie de m’entraîner, même combat depuis quarante ans, entre autres choses. Sans compter les internements injustifiés. Peut-être pour ne pas que je sois libre, libéré… J’ai souffert toute ma vie de séquestrations et d’interdictions.

Envie de respirer, de me défoncer, de jouir de la vie. De soleil, d’air, d’eau, d’amour, de sexe, d’ivresse, de courir, tout sportif devrait courir.

Bien des années après, j’avais quasiment réussi à atteindre le but ultime de ma vie. Ces types, nous n’aurions jamais dû nous rencontrer, ils me débectent. On m’a arraché ma vie, on me l’a kidnappée… On me punit injustement, et je dois faire quelques jours de plus, mais ce jour J et à cette heure H de la libération de la 88/12, je m’en vais et me libère tout seul. Je pense avoir été manipulé, une fois de plus, car au fond de moi je ne suis pas du tout libéré, je connaîtrai alors la cavale, et je vivrai comme un gangster, opération survie (…).

Si les extrait vous ont plu, n’hésitez pas à commander Croix de Fer.

Croix de Fer – Louis le Baraqué


Inscrivez-vous à notre newsletter !

Profitez des sorties littéraires, actualités diverses, extrait d'ouvrages et suivez nos nouveaux articles de blog !

Votre mail ne sera pas communiqué à des tiers.

Commentaires

Commentaires

Laisser un commentaire