L’extrait du vendredi – 22 avril 2016 – Amours de plume

Correspondance Amoureuse – Amours de Plume

Amours de plume - Géraldine Pastourel

Aujourd’hui, au programme de L’extrait du vendredi, découvrez l’ouvrage de Géraldine Pastourel – Amours de plume.

La ferveur amoureuse anime la plume d’hommes passionnés pour un même objet, la belle et mystérieuse Marie. Toute l’étendue des sentiments amoureux est traduite dans ces lettres qui composent un recueil à la tonalité douce-amère.

Les mêmes thèmes : le manque, l’absence, la jalousie, le désir reviennent au fil des pages sous la plume d’auteurs que rapproche une même idylle.

Des illustrations accompagnent certaines lettres pour faire goûter au lecteur le charme d’un lieu, d’un monument, d’une œuvre d’art mentionnés dans des textes souvent méditatifs et toujours d’une grande charge poétique.

« Marie inspire les hommes qu’elle croise. Charmée par la jeune femme, ces prétendants s’épanchent à travers des lettres qui lui sont destinées. L’amour demeure au centre du tumulte de leurs pensées, entre douces rêveries et désillusions.

C’est avec une plume raffinée que ces hommes se dévoilent sans retenue. »

Pierre

« « La volupté de l’imaginaire ne laisse comme impression dernière que la fatigue et le remord la fatigue morale ».

C’est une grosse tête qui l’a écrit, un gars qui réfléchit. Personnellement je me fatigue sans réfléchir ! Mais il y en a d’autres qui réfléchissent tant, au point d’être toujours fatigués et n’ont plus la possibilité d’agir. Ils se font leur petite volupté personnelle en s’injectant de l’acide. Des larmes d’acier traversent leur cœur, quand ils ne se crèvent pas un œil, ou ne se brûlent pas les poils du dessus. Je ne veux pas être de ceux-là ! À chacun ses délices ou ses amours !….

Pour ce qui est de ces dernières, je les conçois apaisantes, fleuries, primesautières et nuancées d’une ironie tendre. Mais parfois ma plume outrancière dépasse ma pensée. Pourquoi alors donner dans le morbide, prendre prétexte d’une rencontre éphémère mais si brûlante pour en sortir pantelant et lacéré ?

S’offre-t-on des fleurs uniquement pour s’asphyxier de leurs effluves embaumés ? Mais je veux laisser de côté le goût du drame. (…) »

Bertrand

« Les jours n’en finissent pas !… Ces hommes en armes, depuis plus d’un millénaire, attendent l’approbation des curieux venus revivre avec eux leurs batailles. Je suis comme eux, en attente d’un combat merveilleux : celui qui devrait nous unir dans une exaltation unique. J’essaie d’oublier les heures…

Arme-toi d’indifférence pour ce qui importe peu, aime ce que tu aimes, et laisse-moi t’enlacer tendrement et pour toujours. »

Tapisserie de BayeuxTapisserie de Bayeux

« À Talmont… Dieu de la falaise et de la nécropole
Qui dans le bleu du ciel de l’été finissant
Unit des bras tendus, reçoit comme une obole
L’écume qui se brise sous le flot rugissant.
Apaise une âme inquiète, rend fort le non-croyant :
Ils marchent côte à côte en cette clarté rose
Que baigne l’océan jusqu’aux toits de Royan,
Quand sous les murs blanchis s’ouvrent les passeroses.
Je te revois sans cesse, je te verrai longtemps
En cet endroit si beau, où, proue de la Saintonge,
Talmont me prit le cœur au point qu’en cet instant
Se mêlent mes pensées comme s’enfuient les songes.
Sous le porche roman, rongé par les embruns,
J’ai fait secrètement le vœu de revenir
Si… le Destin permet de nous y réunir.

                                                                   B… »

Talmont, église romaneTalmont, église romane

ACHETER LE LIVRE


Inscrivez-vous à notre newsletter !

Profitez des sorties littéraires, actualités diverses, extrait d'ouvrages et suivez nos nouveaux articles de blog !

Votre mail ne sera pas communiqué à des tiers.

Commentaires

Commentaires

Laisser un commentaire