Pierre de Martel

Les interviews de la Compagnie Littéraire

Le roman Manipulation sera publié courant 2016. Découvrez l’interview de Pierre de Martel.

Interview Pierre de Martel – Manipulation

La Compagnie Littéraire : Depuis combien de temps écrivez-vous ?

Pierre de Martel : Je m’efforce d’écrire chaque matin avant le sport matinal, depuis fin 2010, même si ma première nouvelle fut écrite un peu avant.

CL : Qu’est ce qui vous pousse à écrire ?

PM : Ayant des problèmes d’ordre psychique, je pense que l’écriture reste d’abord un travail sur soi-même, à supposer bien entendu que le livre, toujours au départ autobiographique, soit écrit avec la plus grande rigueur.

CL : Quelles sont vos sources d’inspiration ?

PM : Même si j’écris sur des thèmes précis, je ne dispose hélas pas de source d’inspiration, étant donné que mon trouble de l’attention d’ordre névrotique m’empêche de lire au point d’avoir des idées nouvelles et originales.

CL : Quels sont vos projets d’écriture (court, moyen, long terme) ?

PM : J’envisage comme chaque été, de faire paraître un nouveau recueil de nouvelles « Manipulation », puis peut-être participer à un concours de nouvelles avancé, un peu plus tard.

CL : Quelle place a l’écriture dans votre vie, qu’est-ce qu’elle vous apporte ?

PM : Il s’agit d’une place de premier ordre qui me permet d’être moralement en forme, chaque jour.

CL : Quels sont vos mots préférés ?

PM : Je trouve le mot « taciturne » magnifique et poétique. Ainsi que d’autres, par exemple, terminologie plus juridique.

CL : Quelle est votre citation préférée ?

PM : Certains proverbes d’ordre juridique tels que « Le mort saisit le vif », en droit des successions.

CL : Quel est votre livre préféré ?

PM : Il y a encore peu de temps, j’aimais plus que tout feuilleter, l’Anthologie de la poésie française par Georges Pompidou et plus spécifiquement les vers de Mallarmé.

CL : Quels sont vos auteurs préférés ?

PM : Bien entendu que j’aime particulièrement la pensée de Jacques Attali, même s’il n’est pas aussi subtile à l’écrit qu’à l’oral.

CL : Qu’est ce qui est le plus difficile dans le processus de création de l’ouvrage ?

PM : Il s’agit de l’élaboration du texte de 4ème de couverture puisqu’il doit être à la fois exhaustif et publicitaire.

CL : Quelle importance a le titre d’un ouvrage/qu’est ce qui fait un bon ou un mauvais titre ?

PM : Le titre ne peut, selon moi, que venir spontanément une fois l’ouvrage terminé car il a la même importance que la 4ème de couverture.

CL : Qu’est ce que pour vous un bon livre ?

PM : Un livre qu’on peut lire et relire, tout en apprenant des choses nouvelles à chaque fois.

CL : Que pensez-vous du lien éditeur/auteur ?

PM : Un lien qui doit être d’égal à égal sous forme d’une interaction où les pourparlers préalables à l’œuvre doivent être féconds et pertinents.

CL : Quels sont vos regrets dans votre carrière d’écrivain ?

PM : Je suis hélas affligé d’être constamment seul face à mon manuscrit au point que le lien social est pour moi quasiment inexistant.

CL : En résumé que pouvez-vous dire de votre expérience d’auteur ?

PM : Je pense être à la fois dans le monde, lorsque j’écris sur la façon dont ce dernier tourne, mais aussi en-dehors, parce que je suis souvent seul.

CL : Quels conseils prodigueriez-vous aux jeunes auteurs ?

PM : Une recommandation d’un éminent professeur de droit « Ne parlez pas constamment de vous ».

CL : Un dernier mot pour vos lecteurs ?

PM : Lisez intelligemment et avec modération.

Commentaires

Commentaires

Laisser un commentaire