Décès de l’auteur Marcel Séguier : Marcello nous te souhaitons un bon voyage…

Marcel Séguier auteur

Aujourd’hui est un jour triste aux Éditions La Compagnie Littéraire. Nous apprenons le décès de Marcel Séguier, un de nos auteurs favoris.

 

Après avoir publié chez les grands éditeurs, Marcello (il aimait se faire appeler ainsi) a publié cinq ouvrages chez nous : Le vent les a ôtés, Terminus Infini, Sereno, Dans la vallée du Sennaar et son dernier ouvrage paru il y a moins d’un mois, Pérégrinations (et géographies) outrancières, qu’il considérait comme son meilleur roman.

Marcello, en plus d’être un grand homme n’était pas seulement un bon écrivain, mais un GRAND écrivain. Sa prosodie parfois alambiquée ne se montrait pas accessible à tout le monde, mais elle avait su trouver son public. Marcello aimait jouer de la syntaxe et de la ponctuation — toujours avec brio — ce qui témoignait d’une grande maîtrise de la langue française.

De ses tapuscrits — oui, oui, Marcello tapait encore ses textes à la machine à écrire — transparaissait ce syndrome de l’écrivain — vous savez, cette fameuse manie de réécrire encore et toujours des passages de son livre —, les feuillets étaient annotés, raturés, certains paragraphes collés sur des petits bouts de papier.

Notre tâche était en premier lieu de ressaisir tous ces feuillets afin d’obtenir une version numérique du texte pour poursuivre le processus d’édition. Que de souvenirs ! Ces longues heures passées à retaper des pages et des pages, tentant de déchiffrer les annotations et les « gribouillis » en marge. Et que dire de cette immense satisfaction d’avoir enfin terminé la saisie de plus de 400 pages de roman ? Même si ce n’était pas la partie la plus intéressante du processus éditorial, c’était certainement la plus longue et la plus fastidieuse : Marcello s’armait de patience, attendant son livre.

Marcello disait toujours merci, et nous chantait sans cesse des louanges, remerciant encore et toujours toute l’équipe.

Il était fier de ses écrits, fier de l’attention portée à ses ouvrages, fier d’être publié chez nous.

Et nous, nous sommes fiers d’avoir eu l’immense honneur de le publier.

Aujourd’hui est un jour triste aux éditions la Compagnie Littéraire, notre cœur pleure la disparition de Marcello.

Nous tenons à témoigner notre plus profonde affection à tous ses proches et particulièrement Hélène, sa compagne, qui en plus d’être la plus fidèle de ses lectrices (et relectrices) a toujours vu en Marcel, un grand personnage.

Marcello aimait tant écrire sur les voyages extatiques ; il est désormais temps pour lui, de faire le sien.

Bon voyage Marcello…

 

 

Commentaires

Commentaires

Laisser un commentaire