Daryl Ekorezock présente son essai sur la transition numérique en Afrique

Daryl Ekorezock, bonjour. Vous êtes l’auteur de l’ouvrage « Le numérique : pari du présent et de l’avenir » à paraître aux éditions La Compagnie Littéraire en septembre 2018. À une époque où le numérique règne en maître, vous avez décidé de produire un essai sur la transition numérique en Afrique. Selon vous, le numérique a en effet un important rôle à jouer dans le développement à venir du continent africain. Comment a germé dans votre esprit l’idée de ce projet littéraire qui se concrétise aujourd’hui ?

Daryl Ekorezock : Je dirais que l’idée d’écrire ce livre s’est imposée à moi, du fait de l’actualité, du fait aussi de mes activités professionnelles. Les rencontres que j’ai pu faire, tant à l’échelle du Gabon qu’à l’échelle internationale, l’amplification fulgurante de l’emprise qu’ont les outils du numérique sur nos vies ont été des facteurs majeurs qui ont abouti à la décision d’écrire. Le pari pour moi fut en fin de compte de me prononcer simplement sur une réalité qui nous concerne tous, sur une réalité de notre époque, en essayant de situer mon pays le Gabon et le continent auquel il appartient sur cette grande question et d’envisager des perspectives d’avenir.

Le numérique induit une certaine fugacité dans la plupart de nos interactions sociales, aggravant ainsi l’impermanence de beaucoup de faits de la vie quotidienne et historique. Tout va si vite désormais, si bien que des philosophes comme Michel Onfray ont pu parler de « temps mort », pour désigner cet enchaînement d’instants presque sans suite logique dans lequel nous évoluons. J’ai voulu poser le débat. Saisir une réalité mouvante par laquelle nous entrons dans un Nouveau Monde, pour en dégager quelques principes et idées susceptibles de nous donner un minimum de maîtrise sur l’avenir auquel le numérique nous destine.

Éditions la Compagnie Littéraire : Cet essai traite du continent africain en général, mais se focalise beaucoup sur le Gabon, votre pays natal. En quoi l’exemple particulier du Gabon est-il représentatif de l’enjeu que représente à notre époque le numérique, en Afrique mais aussi à l’échelle mondiale ?

Daryl Ekorezock : Le Gabon tient une place de choix dans ce livre d’abord parce que sa réalité est celle dont je suis le plus proche. Je la vis et en tant qu’opérateur économique dans le secteur gabonais du digital, j’estime être bien placé pour en parler. L’autre raison est que le Gabon constitue pour moi une synthèse des avancées effectives et des défis à relever dans le secteur du numérique. Il condense pour moi la réalité continentale, d’une certaine manière. Les efforts consentis par les plus hautes autorités nationales à travers le Plan Sectoriel Gabon Numérique et d’autres initiatives spontanées ont plusieurs fois été salués et primés à l’échelle internationale ; notamment par l’ITU. Pourtant, beaucoup reste à faire. Nous ne sommes pas encore au niveau d’un pays comme le Rwanda – dont j’évoque aussi les prouesses dans le livre – où 95 % de la population a accès à la technologie 4 G. Mais en amplifiant les efforts actuels, nous y parviendrons à coup sûr.

Éditions la Compagnie Littéraire : Votre ouvrage présente de nombreuses références précises, des termes techniques et des chiffres clés. Comment avez-vous effectué ce travail de recherche d’informations ? Combien de temps s’est-il écoulé entre le début et la fin de la rédaction ?

Daryl Ekorezock : Ma base première a été ma vie professionnelle. Au Gabon, on rencontre tellement de passionnés du numérique, des gens compétents dont le génie ne demande qu’à se déployer. Avec l’habitude des fréquentations, on développe des mécanismes cognitifs spécifiques, on se perfectionne. Pour ce qui est de mon travail de recherche, il s’est d’abord effectué par le numérique. YouTube et Google sont de merveilleux outils dont beaucoup mésestiment encore l’efficacité réelle. Les œuvres de lInstitut français du Gabon ont également été d’un grand apport dans la structuration d’un travail qui reste pourtant le fruit d’une observation objective et le produit d’une conscience individuelle de notre réalité partagée.

Daryl Ekorezock
« Il faut épargner pour l’avenir, épargner pour réaliser ses rêves. Et pour épargner, il ne faut pas nécessairement disposer de revenus confortables. 10.000 FCFA par mois c’est déjà de l’épargne. 5000 FCFA par mois c’est déjà de l’épargne ». Daryl Ekorezock

Éditions la Compagnie Littéraire  : Selon vous, quels types de personnes sont susceptibles de s’intéresser à cette étude ?

Daryl Ekorezock : Je pense que mon livre s’adresse à tous. Aux professionnels du numérique ; à ceux qui souhaitent s’y investir ; pour les besoins de la culture générale ; aux élèves des collèges et lycées et aux étudiants de toutes les filières qui ont besoin de s’engager dans le monde d’aujourd’hui en étant préparés à sa vitesse, à sa réalité mouvante et aux formidables opportunités qu’il offre d’élargir son champ d’impact, grâce au numérique.

Éditions la Compagnie Littéraire  : Considérez-vous, dans une certaine mesure, que cet ouvrage soit accessible au grand public ? Pourquoi ?

Daryl Ekorezock : Je suis convaincu qu’il est accessible au grand public. Il n’est pas trop « technique » pour les profanes du numérique. Et même, de nos jours, existe-t-il encore des profanes en la matière ? Il s’agit de comprendre ce qui se joue derrière les outils que nous avons entre les mains, simplement. Je pense que personne n’est dispensé d’un minimum de maîtrise de ces enjeux.

Éditions la Compagnie Littéraire  : Pouvez-vous nous donner l’adjectif qui caractérise pour vous le mieux cet essai ? Et un pour caractériser le numérique ?

Daryl Ekorezock : L’adjectif qui qualifierait le mieux cet essai, pour moi, serait : humble. Humble, parce que pour moi il ne s’agit pas d’avancer des « vérités éternelles » mais de poser une réflexion qui est à la portée de tous et doit s’enraciner dans notre quotidien.

Celui qui qualifierait le mieux le numérique serait l’adjectif incontournable.

Éditions la Compagnie Littéraire  : Envisagez-vous d’écrire plus tard un autre ouvrage sur d’autres problématiques et enjeux actuels ? Si oui, sur quels thèmes ?

Daryl Ekorezock : Pour l’instant, je vais me consacrer à la promotion de ce premier ouvrage, en m’assurant au mieux que son contenu soit partagé au maximum, afin qu’il suscite d’autres réflexions qui – et c’est mon souhait – iront plus loin que la mienne. Le numérique est une question commune et nous devons y réfléchir plus et y réfléchir ensemble.

En dehors du numérique, il y a bien évidemment d’autres thèmes qui me passionnent, je me donnerai tout le temps nécessaire avant d’envisager un éventuel second essai.

Éditions la Compagnie Littéraire : Souhaitez-vous transmettre un dernier mot à vos futurs lecteurs ?

Daryl Ekorezock : Je voudrais simplement les encourager à lire davantage. Il est une réalité que nous lisons de moins en moins. Nous mettons de moins en moins de concentration dans la culture de l’esprit. C’est une aptitude à sauver. J’ose espérer que ce modeste travail saura apporter un plus à chacun.

Commentaires

Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.