L’extrait du vendredi – 8 juillet 2016 – Symbolisme de l’arbre de vie

Aujourd’hui, au programme de l’extrait du vendredi, découvrez l’ouvrage de Bernard Rathaux, Symbolisme de l’arbre de vie. (appellé aussi « Arbre kabbalistique«  ou « Arbre séphirothique« )

 

 

L’Arbre de Vie tente d’expliquer, à travers le symbolisme d’un glyphe élaboré, les lois de l’Univers dont les formulations sont contenues dans les textes de la « Kabbale » (mot hébreu signifiant « transmission de la tradition »). Il traite particulièrement de la planète Terre et de l’Homme mâle et femelle. Mentionné dans la Bible et dans l’Apocalypse, l’Arbre de Vie n’est pas à confondre avec l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal. Les Egyptiens anciens évoquaient déjà un sycomore sacré duquel l’Arbre de Vie serait issu, mais on connaît aussi un Arbre Bo chez les Bouddhistes, de même qu’un Frêne Yggdrasil dans la mythologie nordique. La Kabbale chrétienne, apparue en France au XVe siècle, adaptation de la Kabbale juive, s’est enrichie de symbolisme chrétien. Par l’Arbre de Vie, elle appréhende le processus de la Création en évoquant les énergies émanant du Créateur, et fait un parallèle entre l’Univers (le macrocosme) et l’être humain et l’infiniment petit (le microcosme). Le symbolisme de l’Arbre de Vie apparaît ainsi comme une approche d’explication – physique et métaphysique – accessible à la compréhension humaine, dont ce livre constitue un élémentaire préambule.

Arbre kabbalistique

Symbolisme de l’arbre de vie, Bernard Rathaux
L’Arbre Kabbalistique, Un arbre symbolique

L’Arbre de Vie intrigue et suscite la curiosité. Bien qu’il soit impossible d’expliquer en quelques mots ce qui nécessite des années de patientes études, ce petit opuscule tente de présenter une première approche de sa définition et de faire prendre conscience d’une réalité inconnue, omniprésente et puissante, merveilleuse en tout point.

Des légendes américaines ont retracé la quête chimérique de l’Arbre de Vie par les nouveaux conquérants de l’Ouest. Dans l’esprit populaire, l’Arbre de Vie devait être un véritable arbre végétal dont les fruits pouvaient procurer l’immortalité. La contrée où était censé pousser cet arbre extraordinaire devenait d’autant plus mystérieuse qu’elle restait introuvable malgré la certitude qu’on avait acquise de son existence.

Ces histoires démontrent bien les désirs fondamentaux de l’homme, et que les grands thèmes de la métaphysique, incompris, ont intrigué jusqu’à l’obsession le monde profane.

En fait, l’Arbre de Vie est également et plus justement désigné sous le nom d’ « Arbre kabbalistique », ou encore d’ « Arbre séphirothique ». On peut le définir comme étant un support de réflexion et de méditation pour les études métaphysiques. Il est représenté par un schéma où dix cercles, de noms et de valeurs bien précis, sont disposés selon un agencement particulier.

Arbres et animaux ; motif décoratif courant en Orient
Arbres et animaux ; motif décoratif courant en Orient

Avec l’Arbre de Vie, on cherche à interpréter la Genèse de la Bible, autrement connue sous le nom de « Livre du Commencement ». Des notions en physique-chimie, géologie, biologie, cosmologie et astrophysique sont une aide pour s’ouvrir à une compréhension d’ensemble dès les premiers préceptes. Néanmoins, l’intégration intellectuelle de l’Arbre de Vie amènera le cherchant à transcender son acquis par des exercices mystiques prudents qui le conduiront sur le chemin de la réintégration.

Le système métaphysique faisant appel à l’Arbre de Vie est désigné sous le nom de « Kabbale » (écrit également “Qabal”), prend sa source dans la tradition memphite (Égypte) et nous a été transmis par la Bible des Hébreux. En dépit de l’apparente prolifération des dieux et des déesses, la religion égyptienne était monothéiste. Tous les dieux n’étaient que des aspects ou modifications d’une divinité unique et originelle. L’enseignement de la Kabbale est commun à celui de la plupart des peuples de l’Antiquité.

La Kabbale, une des différentes voies de la Sagesse, est en étroite relation avec la doctrine chrétienne, laquelle est essentiellement fondée sur les rapports existants entre l’énergie cosmique primordiale, l’homme et l’univers.

La Sagesse signifie “connaissance et compréhension des lois universelles”, mais encore “identification et réintégration dans les plans spirituels supérieurs”. Elle s’accompagne en naturel d’un comportement qui encourage la concorde et l’harmonie.

L’Énergie cosmique primordiale prendra différents noms selon l’approche, la forme d’études ou les milieux socio-culturels. C’est Dieu, Yahvé, Allah, l’Être Suprême ou le Grand Architecte de l’Univers.

Lors des études kabbalistiques, deux livres sont constamment cités en référence. Ce sont le “Zohar” et le “Sepher Yezirah”.

Cet extrait vous a plu ? Lisez le livre !

 

L’Arbre kabbalistique est souvent représenté par des gravures, peintures, broderies, impressions ou sculptures qui existent depuis le début de l’Histoire. La plus belle représentation à nos yeux est la frise de Gustave Klimt, L’arbre de vie (1909). Si vous voulez en savoir plus sur cette peinture, nous vous invitons à lire cet article.


Inscrivez-vous à notre newsletter !

Profitez des sorties littéraires, actualités diverses, extrait d'ouvrages et suivez nos nouveaux articles de blog !

Votre mail ne sera pas communiqué à des tiers.

Commentaires

Commentaires

Laisser un commentaire